utilisateur
menu wellpharma

Cancer : prendre soin de sa peau fragilisée

La maladie, la fatigue, le stress, le traitement : la peau est mise à rude épreuve quand on est atteint d’un cancer.  En prendre soin permet de sentir mieux dans son corps et dans sa tête. Alors chouchoutez-la avec quelques gestes-clés, beaucoup de douceur et une poignée de produits ciblés (rédigé en partenariat avec La Roche-Posay)

Cancer : prendre soin de sa peau fragilisée

Quels problèmes de peau rencontrent les patients traités contre le cancer ?

Les traitements comme la chimiothérapie ou la radiothérapie ébranlent l’organisme et la peau réagit. Certain(e)s patient(e)s souffrent d’éruptions cutanées, de rougeurs, d’assèchement de l’épiderme ou encore d’hyperpigmentation (plaques brunes)... Ces manifestations, pour la plupart réversibles, sont inconfortables. Alors on protège sa peau pour prévenir et limiter ces effets secondaires.

Comment chouchouter ma peau ?

On oublie tout ce qui peut agresser l’épiderme sans jamais renoncer à sa routine beauté : surtout, on continue à nettoyer, hydrater et protéger sa peau… avec une infinie douceur. Ca gratte, ça pique, ça tire ? La peau sèche et ternit ? On se rue sur des soins adaptés aux épidermes sensibles et fragilisés. On pense aussi à se protéger du soleil, avec un vrai soin hydratant, comme Anthelios KA qui fait barrière aux UV.

Que faire pour la nettoyer sans l’irriter ?

On débarrasse le visage des impuretés avec un nettoyant doux et hypoallergénique, que l’on applique délicatement. Certains –tel le fluide dermo-nettoyant Toleriane- n’ont même pas besoin d’être rincés. Pour le corps, on troque le gel douche habituel contre un pain surgras ou une huile lavante non parfumée dont on se badigeonne pianissimo. Pédale douce sur le séchage enfin : on ne frictionne pas, on tamponne avec une serviette hyper moelleuse !

Avec quoi l’hydrater ?

Selon les besoins, on hydrate sa peau, de préférence avec un soin très doux qui saura l’apaiser et la réconforter, ou on la nourrit. Dans ce cas, on pioche généreusement dans les baumes. Lipikar est de ceux-là : il calme les irritations et évite les gratouillis en alimentant l’épiderme en lipides. Et si/quand ça chauffe, rien de tel pour éteindre le feu qu’une crème réparatrice. Avec son beurre de karité, mais aussi du madécassoside, un anti-inflammatoire naturel, Cicaplast nourrit, assainit et répare la peau.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Laboratoire dermatologique La Roche-Posay