utilisateur
menu wellpharma

Douleurs du poignet

Le poignet est composé de plusieurs articulations qui présentent la spécificité d’associer : une grande mobilité en flexion-extension et en inclinaison du côté du pouce, une capacité de résister aux contraintes extrêmes de la vie courante. Toutes les structures du poignet peuvent être sujettes à des douleurs plus ou moins intenses et plus ou moins permanentes.

Douleurs du poignet

Les causes de douleur du poignet

Les causes de douleur du poignet sont multiples. Parmi les plus fréquentes, on trouve :

Le traumatisme du poignet : la cause la plus fréquente est la chute. Suivant son mécanisme et son importance, le traumatisme entraînera une lésion plus ou moins grave du poignet. La fracture du scaphoïde est une lésion traumatique grave et fréquente. Elle nécessite une prise en charge orthopédique spécialisée. La consolidation est longue à obtenir avec un risque de complication en pseudarthrose (non-consolidation), en nécrose (destruction d'une partie de l'os) ou en instabilité persistante du poignet.

Les rhumatismes inflammatoires peuvent atteindre l’articulation du poignet. Les douleurs sont alors plutôt matinales avec nécessité d’un dérouillage en se levant et elles empêchent parfois de dormir.

Les tendinites qui sont liées à une inflammation des différents tendons du poignet.

Le kyste synovial correspond à une tuméfaction située souvent sur la face externe du poignet. Il est fréquent chez la femme jeune. Il est souvent peu douloureux et entraîne une gêne essentiellement esthétique.

L'arthrose du poignet est rare.

Quel examen ?

Pour déterminer la cause d’une douleur du poignet, le médecin se fonde sur l’interrogatoire et l’examen clinique. Parfois il s’aide d’examens complémentaires pour étayer le diagnostic : Radiographie et/ou échographie standard du poignet, Prise de sang à la recherche de signes biologiques d’inflammation.

Le scanner ou l’IRM sont exceptionnellement nécessaires et toujours en seconde intention.

Quel traitement ?

Le traitement comprend toujours, quelle que soit la cause de la douleur, un traitement symptomatique de la douleur avec :

► Antalgiques de type paracétamol et/ou tramadol en comprimés.

► Anti-inflammatoires non stéroïdiens en comprimés en cure courte (5 à 7 jours) dans les cas de rhumatisme inflammatoire.

► Dans certains cas, des infiltrations locales de corticoïdes peuvent être utiles. Elles sont réalisées par un spécialiste en rhumatologie.

► La kinésithérapie.

► La mise au repos de l’articulation atteinte à l’aide d’une orthèse. Les orthèses de type poignet-main permettent une immobilisation efficace du poignet avec contrôle des déviations cubitales et radiales. Elles sont amovibles pour permettre la toilette et lavables à l’eau et au savon. Il existe différents modèles selon les besoins : avec ou sans immobilisation du pouce.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
wellpharma