utilisateur
menu wellpharma

Douleurs lombaires

Dans le langage courant, les « douleurs du dos » correspondent à des douleurs de la région lombaire appelées lombalgies (le plus souvent), c'est-à-dire au niveau des 5 vertèbres lombaires. Ce sont les douleurs du bas du dos. Des douleurs de la région dorsale appelées dorsalgies (moins souvent), c'est-à-dire au niveau des 12 vertèbres dorsales. Ce sont les douleurs du haut du dos. Quand les vertèbres cervicales sont concernées, les gens parlent généralement de « douleur du cou ».

Douleurs lombaires

Quelles causes du mal de dos ?

Les lombalgies fonctionnelles sont de loin les plus fréquentes. Elles sont bénignes et se développent en raison d'une souffrance psychosociale (exemple : le stress).

Le lumbago aigu survient volontiers chez un sujet jeune à la suite d’un effort (port de charge lourde ou effort physique inhabituel). C’est une douleur violente qui gêne partiellement les gestes. Il régresse spontanément en quelques jours.

La lombo-sciatique : c’est une douleur du rachis lombaire associée à une irritation du nerf sciatique.

Le tassement vertébral : c’est une fracture vertébrale. Il survient souvent à la suite d’un traumatisme et concerne le plus souvent des sujets âgés qui souffrent d’ostéoporose. Il peut nécessiter une prise en charge chirurgicale.

L’arthrose du rachis lombaire : elle est en lien avec le vieillissement et/ou le surpoids. Elle est responsable de douleurs chroniques du dos.

La maladie de Scheuermann, bénigne, est une épiphysite de croissance qui concerne les sujets jeunes.

Les lombalgies qui font suite à une maladie sous-jacente sont rares. Elles nécessitent une prise en charge spécifique de la cause sous-jacente en plus du traitement antidouleur.

Quel examen pour déterminer la cause d'une douleur au dos ?

Pour déterminer la cause d’une douleur du dos, le médecin se fonde sur l’interrogatoire et l’examen clinique. Parfois il s’aide d’examens complémentaires pour étayer le diagnostic : Radiographies standard (bassin - rachis lombaire - rachis dorsal) ; Prise de sang à la recherche de signe biologiques d’inflammation.

Le scanner ou l’IRM sont exceptionnellement nécessaires et toujours en seconde intention.

Quel traitement ?

Le traitement des lombalgies bénignes comprend :

► Le repos du dos.

► Le port d’une ceinture lombaire : elle a à la fois un rôle thérapeutique (traitement de la douleur) et préventif (soutien du rachis lombaire et maintien postural). Elle doit être adaptée à votre taille (tour de taille et hauteur de tronc) et portée correctement (selon prescription médicale et de façon aléatoire). Votre pharmacien vous conseillera.

► Un antalgique de type paracétamol.

► Un myorelaxant en cure courte (2 ou 3 jours) en cas de contracture musculaire.

► L’application locale de compresses chauffantes a également une action antalgique et relaxante locale.

Quelle prévention ?

Quelques conseils pratiques de prévention :

Renforcer sa musculature abdominale et para-vertébrale par des exercices physiques adaptés et entretenir une bonne posture.

Répartir les charges à porter de façon symétrique entre les deux bras (port d’un sac à dos) et éviter les charges trop lourdes.

► Pour se baisser, privilégier la flexion des jambes et les positions « jambe avant fléchie » et adopter le verrouillage lombaire, technique de protection du dos. Il s’agit de réaliser les gestes du quotidien en immobilisant la partie lombaire de son rachis dans une position neutre (c'est à dire ni en flexion, ni en extension). Le verrouillage lombaire permet ainsi de diminuer les contraintes articulaires au niveau des dernières vertèbres lombaires et du sacrum.

► Prise en charge du stress car c’est un facteur d'entretien du mal de dos. La dimension psychosociale ne doit pas être négligée, les conditions de travail ayant une influence majeure sur l’entretien des douleurs du dos chroniques.

Au travail, mettez en place des mesures d’ergonomie qui permettent d’éviter les douleurs du dos. Votre médecin du travail et l’ergonome du service de santé au travail de votre entreprise vous conseilleront. Quelques conseils simples :

► Placez à proximité de vous les objets que vous utilisez le plus souvent.

► Ajustez la hauteur du siège pour que vos pieds soient à plat sur le sol ou sur un repose pied sans écraser vos cuisses.

► Réglez l’inclinaison du siège pour qu’il soit à l’horizontale.

► Réglez la hauteur du dossier pour que le support lombaire soit dans le creux de votre dos.

► Placez le clavier droit devant vous de façon à ce que, lorsque vous l’utilisez, vos épaules et votre cou restent détendus et que vos avant bras soient parallèles au sol.

► Les poignets doivent être droits dans l’alignement des bras.

► Positionnez l’écran de votre ordinateur de face, de telle sorte que le haut de l’écran soit à la hauteur de vos yeux et à une distance où la lecture vous est confortable (environ une longueur de bras).

► Changez régulièrement de position : faites une pause, marchez un peu, etc.

 

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
wellpharma