utilisateur
menu wellpharma

L'insomnie

L’insomnie est une plainte subjective qui peut être définie comme un sommeil difficile à obtenir, de durée insuffisante, de mauvaise qualité et non récupérateur. Elle s’accompagne souvent de fatigue, de somnolence pendant la journée, de troubles de la concentration et d’irritabilité. Le sommeil peut être perturbé en quantité ou en qualité.

L'insomnie

Les causes

Les insomnies les plus fréquentes sont généralement passagères. Ce sont des insomnies réactionnelles liées à :

► Une mauvaise hygiène du sommeil : prise d’excitants (café, alcool et tabac), heures irrégulières de coucher, grasses matinées prolongées, siestes trop longues et trop nombreuses, travail posté de nuit, décalage horaire.

► Des facteurs environnementaux : bruit dans la chambre, température trop élevée, conflits personnels ou professionnels, trop de luminosité au moment du sommeil.

L'insomnie peut également être due à :

► Un problème médical : douleurs chroniques, maux de tête, envie d’uriner fréquente (surtout chez les hommes de plus de 50 ans avec des problèmes de prostate), troubles digestifs (reflux gastro-œsophagiens ou ballonnements), dyspnée (c'est-à-dire une difficulté à respirer) que l’on rencontre dans des cas d'insuffisance respiratoire ou cardiaque.

► Une maladie psychologique ou psychiatrique : anxiété ou dépression.

► Une pathologie spécifique : apnées du sommeil (pauses respiratoires durant le sommeil) ou le syndrome des jambes sans repos.

► Une cause médicamenteuse. 

Le diagnostic

Afin de préciser le type d’insomnie dont quelqu’un souffre, le médecin doit connaître :

► la qualité de l’endormissement et la durée du sommeil.

► nombre de réveils durant la nuit.

► l’existence d’un réveil précoce.

► l’existence de cauchemars ou de sommeil agité.

► l’environnement de la chambre.

► une prise de médicament ou de drogue (cannabis par exemple).

Les examens

En l’absence de cause évidente de l’insomnie, certains examens complémentaires peuvent permettre d’affiner la recherche de la cause :

► Tenue d’un agenda du sommeil qui précise les horaires d’endormissement et de réveil sur au moins quinze jours.

► Tests psychologiques d'anxiété ou de dépression.

► Poly-somnographie, qui consiste en un enregistrement précis du sommeil pendant une nuit réalisée en unité spécialisée ou à domicile.

Les conséquences de l'insomnie sont d'ordre physique et psychologique. Sur le plan physique, les conséquences d’un manque de sommeil sont essentiellement : la fatigue, l’irritabilité, les troubles de la vigilance, les troubles de la concentration, un état d'hyper-éveil avec tension musculaire augmentée, un rythme cardiaque élevé, une température augmentée et un état d’éveil ponctué de très courtes phases de somnolence en journée dont on ne se rend pas compte et qui entraîne un risque élevé d’accident. En cas de troubles du sommeil prolongés, il peut apparaître des troubles d’ordre psychologique : anxiété, risque plus élevé de dépression, risque plus élevé de dépendance (alcool, drogues, médicaments).

Le traitement

Le traitement des troubles du sommeil repose en grande partie sur des règles d’hygiène du sommeil. Voici quelques conseils pour retrouver un sommeil régulier :

► Avoir des horaires de coucher et de lever fixes.

► Savoir reconnaître les phases d’endormissement et les respecter.

► Avoir une activité physique suffisante en journée afin de fatiguer le corps et favoriser l’endormissement. Cependant, la pratique d’une activité physique en soirée avant de se coucher peut être une source d'insomnie.

► Favoriser un environnement calme pour se coucher : chambre calme, pas trop chauffée, bien aérée, sans bruit.

► Avoir une bonne literie : matelas à changer tous les 10 ans.

► Ne pas faire de repas trop lourd le soir.

► Eviter de consommer des excitants le soir : café, thé, tabac.

► Ne pas avoir d’activité énervante avant le coucher : jeux vidéo, télévision, etc.

► Ne pas faire une sieste trop longue en journée (pas plus de 20 minutes).

En cas d’échec des règles hygiéno-diététiques bien menées, un traitement peut être proposé par votre médecin :

► La phytothérapie et les compléments alimentaires : ils sont très efficaces sur la plupart des insomnies. De nombreuses formules de phytothérapie existent. Elles sont à base d’aubépine, houblon, valériane, tilleul, verveine, etc. Demandez conseil à votre pharmacien.

► Les hypnotiques ou « somnifères » sont des médicaments qui ont pour but de diminuer le temps d’endormissement et d'augmenter la durée totale du sommeil. Ils sont délivrés sur prescription médicale stricte et doivent être utilisés sur une courte durée. Ils ont de nombreuses contre-indications et effets indésirables dont un risque de dépendance physique ou psychologique aux somnifères.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
wellpharma