utilisateur
menu wellpharma

Syndrome des intestins irritables le connaître et soulager la douleur

Vous avez le ventre en vrac, des troubles du transit et vous ne vous sentez pas vraiment en forme ? Comme 5 % de la population française, vous souffrez peut être du syndrome de l’intestin irritable… On fait le point avec les spécialistes de la Société Nationale Française de Gastro-Entérologie (SNFGE), sous l’œil de Thomas Briol, pharmacien à Bidos.

Syndrome des intestins irritables le connaître et soulager la douleur

Les symptômes

Le syndrome de l’intestin irritable (appelé aussi colopathie fonctionnelle) est un trouble chronique se manifestant par des douleurs abdominales et des troubles du transit. Concrètement, on peut souffrir de spasmes, de brûlures… souvent associés à des ballonnements, le tout assorti de diarrhées ou de constipation (voire les deux, en alternance). Sans compter que d’autres symptômes peuvent assombrir encore le tableau : maux de têtes, douleurs musculaires, grande fatigue… Bref, rien que de très banal. Mais tout ceci peut devenir extrêmement pénible et peser lourdement sur le quotidien des personnes qui en souffrent.

Que se passe-t-il ?

Plusieurs facteurs sont impliqués. La plupart du temps, des troubles de l’intestin grêle et du colon sont à l’origine des diarrhées et/ou constipation tandis qu’une grande sensibilité de l’intestin aux gaz et selles provoquent l’inconfort. Des anomalies du mécanisme de contrôle de la douleur viscérale (au niveau du système nerveux central) et un déséquilibre du microbiote peuvent s’ajouter à cela. On évoque aussi parfois un intestin poreux (sa paroi laisserait passer des fragments bactériens à l’origine de réactions inflammatoires, ce qui le rendrait hyper sensible). Enfin, le stress, l’anxiété, un état dépressif, des événements douloureux peuvent déclencher le syndrome ou en accentuer les symptômes.

A savoir : une gastro-entérite peut être à l’origine du syndrome.

C’est grave, docteur ?

Autant ce syndrome peut être extrêmement douloureux, gênant, inconfortable… autant il ne présente pas de caractère de gravité : les examens sont normaux, il ne diminue pas l’espérance de vie, ne favorise pas le risque de développement d’un cancer du côlon ou d’une maladie chronique intestinale, ne nécessite pas d’intervention chirurgicale.

Qu’est-ce que je peux faire ?

Une activité physique régulière permet à la fois de mieux gérer le stress et de stimuler le transit des gaz. La plupart du temps, les symptômes peuvent être atténués en modifiant son alimentation. En s’observant, on réussit souvent à repérer les aliments qui provoquent les douleurs, les ballonnements ou les flatulences : évitez les suspects et… avisez en fonction des effets produits. En effet, si votre état s’améliore, persévérez ! Si l’effet n’est pas probant ou si les troubles reviennent… étudiez une autre piste ! En règle générale, il est conseillé de limiter les aliments (trop) gras et ceux qui provoquent des gaz (choux, pois, haricots secs…), de manger des fibres en quantité normale. Un régime pauvre en FODMAPs* (les sucres et hydrates de carbones fermentescibles) peut également être tenté. Pensez également à rééquilibrer votre microbiote en utilisant des probiotiques qui, en plus de diminuer les symptômes du colon irritable et les douleurs associées, vont renforcer vos défenses immunitaires Lisez aussi notre article « Les ballonnements, ça me gonfle ».

Dans tous les cas, parlez en à votre médecin, pour faire le point, et à votre pharmacien qui vous dispensera des conseils personnalisés.

*Voir la liste ici : https://www.digestscience.com/images/news/FODMAP_dans_lalimentation.pdf

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Thomas Briol