utilisateur
menu wellpharma

J'ai été piqué(e). Que faire ?

L'été dans le sud, les grillons s'époumonent jusqu'à ce que les moustiques se fassent entendre, pire... sentir. Dévoré ou simplement piqué, on se met à se gratter. Mais pourquoi une telle réaction, a t-on tous la même ? Quelles sont les solutions ? Jennifer Frances, pharmacienne à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, nous éclaire.

J'ai été piqué(e). Que faire ?

La réaction aux piqûres varie

Non content de pomper notre sang, le moustique dépose un petit venin. Au mieux, il n'y a quasi pas de conséquence, généralement, ça gratte, ça pique (encore plus si on a gratté) et, dans les cas les plus extrêmes, provoque des réactions allergiques qui font que la petite piqûre se transforme en un gros bouton virant à la plaie si il n'est pas soigneusement désinfecté.

Plus on gratte, plus ça gratte

En irritant la zone "piquée" avec nos ongles, on diffuse le venin de la petite bête diabolique et on prolonge les effets urticants. Pire, si nos ongles sont sales et que la plaie saigne, on l'infecte. Puis c'est le bain de mer et l'enchaînement des effets désagréables d'un bobo qui cicatrise mal.

Le répulsif naturel inattendu

"Alors que les moustiques sévissaient dans le sud il y a quelques années, de nombreux Allemands rentraient dans la pharmacie pour demander de la vitamine B. Elle donne un goût à la peau que n'apprécie pas les moustiques. Depuis, je conseille à mes clients de faire une cure de levure de bière, riche en vitamine B et réputée pour avoir de beaux cheveux et une belle peau. J'ai de supers retours" raconte Jennifer Frances qui rappelle que cela n'exclut pas les sprays anti-moustiques.

6 moyens d'apaiser les démangeaisons

► L'aspi venin. Léger, peu encombrant, il est l'allié de vos vacances. Un bouton récalcitrant ? Ne tardez pas trop pour aspirer le venin en suivant bien les instructions. Le soulagement est immédiat.

► La crème à base d'antihistaminique calme la réaction allergique (à conserver au froid pour une action calmante et immédiate).

► Les crèmes à la cortisone : anti-inflammatoires, elles s'appliquent sur un bouton qui ne présente pas de plaie et si la réaction est importante.

► L'huile essentielle de lavande aspic : appliquez une goutte à l'aide d'un coton-tige (contre-indiquée chez la femme enceinte et l'enfant de moins de 8 ans) plusieurs fois par jour. Roll'on et crèmes contenant des huiles essentielles peuvent être plus faciles d'utilisation.

► Les gels et granules homéopathiques à base d'apis mellifica (souche obtenue par macération de l'abeille). Pour les granules : en 15 CH, 5 granules toutes les 30 minutes (pas avant l'âge de 3 ans).

► Et pour nos bébés qui, s'ils ne se grattent pas, peuvent être gênés : les crèmes à base d'enoxolone, un agent apaisant aux vertus anti-inflammatoires.

Enfin, par précaution, évitez l'usage de produits parfumés (lait corps, eau de toilette) qui pourraient les attirer encore plus et pensez à désinfecter les boutons avant d'appliquer le produit apaisant.

 

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Jennifer Frances, pharmacien wellpharma à Saint-Maximin-la-S