utilisateur
menu wellpharma

Je transpire et ça me fait suer !

Transpirer, c’est naturel et nécessaire. Oui mais voilà : avec l’été, on sue davantage et ça peut devenir gênant. Mieux connaître le phénomène pour affronter sereinement le retour de la chaleur et choisir le déo qu’il vous faut, ça se tente avec Emilie Lecomte pharmacienne wellpharma à Hettange Grande

Je transpire et ça me fait suer !

Je sue donc je vis

La transpiration permet à notre corps de contrôler sa propre chaleur quand la température extérieure monte ou qu’on fait du sport, qu’on est fiévreux ou stressé, par exemple. C’est la thermogulation. Transpirer contribue également à l’élimination des toxines et déchets du métabolisme et à l’hydratation de notre peau.

Il y a sueur et sueur

La sueur est secrétée par des millions de glandes sudorales (ou sudoripares) réparties en deux grandes familles : les glandes eccrines et les glandes apocrines. Les premières débouchent directement sur les pores de la peau, sont réparties sur tout le corps et particulièrement nombreuses au niveau de la paume des mains, de la plante des pieds et du visage. Les secondes sont associées aux follicules pileux et par conséquent se situent au niveau des aisselles, du pubis… Quant à l’odeur observée parfois (souvent ?), elle est imputables aux bactéries qui viennent se régaler de ce contient notre sueur -de l’eau et du sel mais aussi des déchets organiques et des toxines- et le dégradent !

Déodorant ou antiperspirant (ou anti-transpirant) : que choisir ?

Pour faire simple, le déodorant s’attaque aux odeurs, l’antiperspirant, à la sueur. Un déodorant contient des antibactériens, bien souvent du parfum et peut être utilisé tous les jours. Ce qui n’est pas le cas pour les anti-perspirants : vu le rôle important que joue notre sueur, pas question de bloquer complètement son écoulement ! On utilise donc l’antiperspirant, qui réduit la sécrétion de sueur (et neutralise aussi les mauvaises odeurs) un jour sur deux, voire sur trois.

Tout doux, mon déo !

Certains composants comme les sels d’aluminium, efficaces pour limiter la transpiration, sont soupçonnés d’être cancérigènes tandis que d’autres, bons antibactériens comme le triclosan, sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Peaux et/ou âmes sensibles, s’abstenir ! De même, les épidermes irritables choisiront des produits sans alcool.

Pierre qui roule sous les aisselles…

La pierre d’alun ? Elle existe en version synthétique ou naturelle (notre préférée). Dans ce cas, c’est un minéral qui contient lui aussi des sels d’aluminium dont la particularité serait de ne pas se fixer. On l’applique directement sur la peau légèrement humide : elle limite transpiration et odeurs.

Des alternatives pour rester frais

Et l’homéopathie, vous y avez pensé ? Pour ceux qui transpirent excessivement des mains, avalez 3 granules de Jaborandi 5 CH 3 fois par jour. Si vos pieds sont votre calvaire, optez pour Silicea 15 CH à raison de 5 granules par jour. Enfin si l’horreur, c’est l’odeur, pas d’hésitation, combattez-la avec Thuya occidentalis 15 CH à raison de 5 granules / jour. Les adeptes des huiles essentielles choisiront de préférence celles de palmarosa -pour capter les odeurs, de ciste -qui réduit les pores ou encore de tea tree -bactéricide-( dilué dans de l’huile d’argan pour adoucir la peau), seules ou en synergie. Demandez conseil à votre pharmacien !

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Emilie Lecomte, pharmacienne wellpharma à Hettange Grande