utilisateur
menu wellpharma

Jeune intermittent, c’est pour moi ?

Vous souhaitez remettre à zéro les compteurs de votre organisme ? Plus facile à pratiquer que sa version « traditionnelle », le jeûne intermittent peut vous aider à reposer votre système digestif et faire le plein d’énergie, nous explique François Tournay, pharmacien wellpharma à Villers-lès-Nancy.

Jeune intermittent, c’est pour moi ?

Qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’alterner les moments où l’on se nourrit et ceux où l’on jeûne, en raisonnant au niveau quotidien ou hebdomadaire. Soit on pratique tous les jours et on consacre au moins 16 heures au jeûne (de 20:00 à midi le lendemain, par exemple) avant d’avaler deux repas (et une collation si besoin) pendant les 8 heures restantes. On peut aussi opter pour un rythme 17-7 (17 heures de jeûne, 7 heures pendant lesquelles se nourrir) ou même 18-6. Soit on pratique le jeûne 1/2 jour ou 2 jours sur 5, par exemple.

A quoi ça sert ?

Il s’agit de retrouver le mode d’alimentation oublié de nos ancêtres qui se nourrissaient du fruit de leur cueillette, de leur pêche et de leur chasse : pas de petit- déjeuner, chez l’homme de Neandertal… et même pas à manger tous les jours !
Surtout : pas de maladies coronariennes, d’obésité ou de caries. On peut aussi espérer reposer son système digestif, permettre au corps de s’auto-nettoyer voire de mettre en route son mécanisme d’auto-guérison : l’homéostasie. Ceux qui l’ont testé assurent qu’ils se sentent beaucoup plus légers et gonflés d’énergie !

Comment ça se passe ?

Si ça vous tente, commencez en testant le 16-8, le plus facile à mettre en œuvre puisqu’il « suffit » de sauter le petit déjeuner. En prenant deux précautions importantes : pensez bien à vous hydrater en buvant de l’eau, des tisanes, du thé… et soignez votre alimentation quand sonne l’heure des repas en privilégiant les légumes et fruits frais, de saison et locaux ainsi que les protéines et glucides de qualité (choisissez bien votre huile pensez aux céréales complètes, légumineuses…).

Vous êtes tenté mais avez peur de vous lancer ?

Si sauter le petit déjeuner vous semble être un obstacle difficile à franchir d’un seul coup, préparez-vous, notamment en diminuant votre dose de sucre journalière et en aidant votre foie à fonctionner au mieux (faites une petite cure d’artichaut, fenouil, pissenlit… sous formes de gélules). Vous pouvez aussi commencer en douceur : choisissez un jour où vous êtes tranquille pour débuter votre journée en buvant votre thé mais en « oubliant » le reste de votre petit déjeuner. Bullez (ou pas, si vous vous sentez en forme) et avisez. Si la faim vous tenaille au point de ne plus y tenir, mangez quelque chose de léger mais… Prenons le pari : vous devriez tenir jusqu’au déjeuner sans faillir. Ensuite, à vous de voir si vous souhaitez reconduire l’expérience !

 

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
François Tournay