utilisateur
menu wellpharma

La cystite simple

La cystite est une inflammation de la vessie. Dans le langage courant, une cystite désigne souvent une infection urinaire bénigne, c'est-à-dire limitée à la vessie sans atteinte des reins ni septicémie.

La cystite simple

Les femmes, plus touchées

C’est une pathologie très fréquente chez les femmes pour des raisons anatomiques. En effet, chez les femmes, l’urètre, qui permet l’écoulement de l’urine de la vessie vers l’extérieur, est de petite taille et son orifice est très proche de l’anus et du vagin où se trouve de façon naturelle un nombre important de bactéries d’origine intestinale. Lorsque ces bactéries remontent dans la vessie, elles sont à l’origine d’une infection de l’urine et d’une inflammation de la paroi vésicale : c’est la cystite aiguë microbienne.

Remarque : chez l’homme, on ne parle jamais de simple cystite mais de prostatite aigue car les infections urinaires de l’homme sont toujours considérées comme « sévères » par atteinte systématique de la prostate.

Les germes retrouvés dans la cystite simple sont dans la majorité des cas des bactéries venant de l’intestin (entérobactéries), parmi lesquelles les plus fréquentes sont les Escherichia coli (ou colibacille) qui représentent plus de la moitié des infections urinaires.

Quels symptômes ?

Les symptômes de la cystite sont typiques:

► Envie d’uriner fréquente associée à l’émission d’une faible quantité d’urines appelée pollakiurie.

► Brûlures lors des mictions.

► Douleur du bas-ventre ou douleurs pelviennes.

► Un saignement peut parfois être observé en fin de miction (hématurie terminale). Ce n’est pas un signe de gravité, il témoigne simplement de l’inflammation vésicale.

► Pas de fièvre associée.

Quel traitement ?

La plupart du temps, ce sont les médecins généralistes qui soignent les cystites. Le diagnostic d’une cystite ne nécessite généralement AUCUN examen complémentaire. Une bandelette urinaire (BU) suffit à confirmer le diagnostic en cas de doute. Dans certains cas précis (enfant, personnes âgées avec nombreuses maladies associées, femme enceinte, cystite récidivante, cystite d’évolution atypique), un examen cytobactériologique des urines (ECBU) peut être demandé par votre médecin afin d’identifier le germe responsable de l’infection et de tester sa sensibilité à l’antibiotique prescrit.

Parfois, l’infection urinaire simple qu’est la cystite peut se compliquer d’une infection plus grave comme la pyélonéphrite qui est une atteinte des reins ou comme la septicémie qui est le passage de la bactérie dans le sang.

Le traitement de la cystite fait appel à un traitement antibiotique dit probabiliste, c'est-à-dire un antibiotique actif sur les germes les plus fréquemment responsables d’infection urinaire (E.coli)

Chez la femme adulte en bonne santé, on privilégie les traitements courts : dose unique ou traitement sur 3 jours.

Chez la femme enceinte : un traitement antibiotique plus long est nécessaire et l’ECBU avec antibiogramme est systématique.

Quelques mesures simples à associer au traitement antibiotique pendant le traitement de l’infection urinaire :

► Boire en abondance (au moins 1,5 litre d’eau par jour).

► Vider régulièrement sa vessie.

► Traiter une éventuelle constipation associée.

Quelle prévention ?

Il existe des mesures hygiéno-diététiques simples pour prévenir les récidives :

► Vider sa vessie régulièrement sans attendre d’avoir une envie pressante.

► Boire beaucoup (au moins 1,5 litre d’eau par jour).

► Eviter la constipation en adoptant un régime alimentaire riche en fibres.

► Vider sa vessie après tous les rapports sexuels.

Certains compléments alimentaires à base de canneberge permettent de limiter le risque de récidive d’infection chez certaines femmes.

 

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
wellpharma