utilisateur
menu wellpharma

La peau et le stress

Le stress est un phénomène physiologique (« bon » stress) ou pathologique (« mauvais » stress), mais n’est pas une maladie en tant que telle. Cependant, il existerait un lien entre le stress et certaines pathologies lorsque les capacités d’adaptation de l’organisme à l’agression subie sont dépassées : maladies psychosomatiques, certaines maladies cardiovasculaires ou dermatologiques, etc.

Sur le plan social, en situation de stress, votre peau peut vous trahir : grande pâleur ou flush d’érythrose faciale en cas de malaise ou de gène, hypersudation au niveau des aisselles et des paumes des mains. Cette réaction immédiate et incontrôlable à une situation stressante est très variable d’un individu à l’autre, sans rapport avec le degré d’agression et spontanément résolutive.

La peau et le stress

Stress et maladies de peau

Certaines maladies de peau peuvent être exacerbées par les situations qui génèrent du stress pour la personne qui en souffre. Parmi elles, on retrouve :

L’eczéma : il est fréquent que les personnes qui souffrent d’eczéma aient une poussée en période de stress intense. Il leur faudra alors reprendre leur traitement pour la durée de cet épisode stressant.

Le psoriasis : de même que pour l’eczéma, il semble que les situations stressantes entrainent une poussée de psoriasis chez les personnes qui en sont atteintes. Malheureusement, cette poussée de nouvelles lésions entraine souvent elle-même un stress intense, et c’est le cercle vicieux.

La poussée d’acné : les lésions d’acné ont tendance à s’étendre en période de stress pour les adolescents qui en souffrent mais finissent la plupart du temps par disparaitre à l’âge adulte, même si une acné de l’adulte peut réapparaitre vers la trentaine pour certains. Heureusement, des traitements très efficaces existent.

Les démangeaisons essentielles. C’est une forme de démangeaisons qui surviennent sans qu’aucune lésion cutanée ni aucune cause ne puisse être identifiée, et que par élimination, on finit par attribuer au stress.

La perte de cheveux : certaines formes d’alopécie sont de cause indéterminée mais on leur suspecte une origine psychosomatique, sans qu’elle ait pu être réellement démontrée.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
wellpharma