utilisateur
menu wellpharma

La rhinite allergique

Atchoum. Vous éternuez pour la 18e fois de la journée, votre nez coule et vos yeux picotent ? Il est possible que ce soit une rhinite allergique. Ne la traitez pas à la légère et suivez les conseils du Dr Patrick Ruffin, allergologue, membre du conseil d’administration de l’association Asthme & Allergies.

La rhinite allergique

Diagnostic ? Dégainez PAREO !

Il y a de fortes probabilités pour que vous souffriez d’une rhinite allergique si :

Votre nez vous gratouille (Prurit)

vous ne sentez plus rien (Anosmie : perte d’odorat, assez rare heureusement),

votre nez coule (Rhinorrhée),

vous êtes secoué d’Eternuments,

vous avez le nez bouché (Obstruction nasale),

Attention, si une seule narine est bouchée ou coule, il ne s’agit peut-être pas d’une rhinite allergique. On consulte rapidement un ORL.

C’est quoi ton type ?

Il existe deux types de rhinite allergique. La plus « célèbre », c’est la rhinite allergique intermittente, en plein boom dès que les pollens sont dans l’air, dite aussi « rhume des foins ». La seconde, la rhinite allergique persistante, dure toute l’année, souvent associée à de l’asthme.

Y a plus de saison !

On associe souvent la rhinite allergique au retour du printemps (et des pollens dans l’air). Mais d’autres allergènes sont en cause : acariens, moisissures, poils d’animaux, blattes... quel que soit l’allergène, si les symptômes durent plus de 4 jours par semaine et plus de 4 semaines par an, on parle de rhinite allergique persistante.

La rhinite allergique, on la soigne !

On soigne la rhinite allergique en conjuguant éviction des allergènes (quand c’est possible), médicaments, voire désensibilisation. Si on laisse « traîner » une rhinite allergique, on prend le risque de la voir évoluer vers un asthme.

Traquer les allergènes !

On ne peut pas éviter les pollens mais s’y soustraire en partie : on consulte la carte www.pollens.fr avant d’entreprendre une grande promenade, on se rince les cheveux avant de se coucher, on se lave le nez, on ferme les fenêtres quand on tond le gazon…

Si on est allergique aux acariens, on s’équipe de housse anti-acariens pour la literie, on évite tissus muraux, doubles rideaux, moquettes, …

C’est Cat le chat ou Dog le chien, le responsable ? Si l’on ne peut pas confier son animal à une autre famille, on lui interdit formellement l’accès à la chambre (voire au salon aussi…).

Combattre les moisissures ? c’est possible en aérant soigneusement et en évitant tout ce qui les favorise (aquarium, réserve d’eau pour plantes…).

Les traitements

Le médecin prescrit généralement des antihistaminiques qui agissent rapidement sur l’écoulement nasal et les démangeaisons. Pour « déboucher » le nez, les corticoïdes locaux sont souvent indiqués. Attention toutefois aux vasoconstricteurs qui peuvent avoir des effets secondaires et engendrer une dépendance. Les antileucotriènes sont souvent utilisés pour le traitement des asthmatiques(diminution de l’inflammation bronchite).

Dans le cadre de la rhinite allergique,la désensibilisation consiste à exposer le patient régulièrement et sur le long terme à un extrait d'allergène sous forme de gouttes ou de comprimés qu'on met sous la langue.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Patrick Ruffin