utilisateur
menu wellpharma

Le sport pour lutter contre l’obésité

L’obésité concerne 17% des adultes en France et un enfant sur six en souffre. L’activité physique et le sport permettent de réduire les risques de surpoids et d’obésité et d’améliorer leur prise en charge. On ne reste pas les bras croisés… et on recommence à bouger !

Le sport pour lutter contre l’obésité

Obésité or not ?

Pour rappel, l’OMS parle de surpoids lorsque l’Indice de Masse Corporelle (IMC[i]) est supérieur à 25 et d’obésité lorsqu’il se situe au-delà de 30. Pour les enfants, vous pouvez vous référer aux courbes de croissance figurant sur le carnet de santé. Attention toutefois : d’autres critères que l’IMC peuvent être pris en compte pour le diagnostic de l’obésité, comme le tour de taille par exemple.

Facteurs de risques

Les causes de l’obésité sont multiples et les facteurs de son développement ne sont pas tous connus. On évoque des prédispositions génétiques, des perturbations de l’horloge biologique, le stress, certains médicaments, des virus, le microbiote intestinal, des facteurs de risque prénatal… et l’on sait que l’alimentation et une sédentarité accrue jouent un rôle important dans l’émergence de l’obésité.

Alertez les bébés !

Les bonnes habitudes se prennent dès la petite enfance, que ce soit en terme d’alimentation ou d’activité physique. À 2 ans, plus les garçons passent du temps devant les écrans, plus le pourcentage de leur masse grasse corporelle est élevé quand ils en ont 5. Quant aux filles, à 2 ans, moins elles passent de temps à jouer en plein air, plus leur risque de voir augmenter en excès leur masse grasse est élevé.

Bouger et… bouger !

On doit faire la différence entre sédentarité (les mouvements sont réduits au minimum) et inactivité physique (on n’a pas réellement d’activité physique quotidienne). Et savoir que pour être en forme, il est important de diminuer les comportements sédentaires (regarder la télé, jouer à la console, tapoter sur un ordinateur…) et d’augmenter l’activité physique régulière (marcher, faire du vélo, …).

Bouger c’est bon pour la santé

L’activité physique entraine en effet une dépense énergétique, laquelle contribue de façon importante à l’équilibre muscle / masse grasse. Plus largement, elle est un facteur de bonne santé chez l’enfant et l’adulte. On recommande :

- 3 heures d’activité physique (jeux, courses, sauts…) chaque jour pour les enfants de moins de 5 ans (et 11 à 14 heures de sommeil).

- 1 heure d’activité physique d’intensité modérée à élevée (marche à pied, jeux actifs, vélo, sport en club…) pour les enfants de 6 à 11 ans (et 9 à 11 heures de sommeil).

- 1 heure d’activité physique d’intensité modérée à élevée pour les ados de 12 à 17 ans (avec 8h30 à 9h30 de sommeil).

Les experts de l’APOP (l’Association pour la prévention et la prise en charge de l’obésité en pédiatrie) estiment quant à eux que les enfants devraient pratiquer des activités physiques d’intensité plus élevée trois fois par semaine pendant au moins 20 minutes chaque fois.

On conseille 30 minutes d’activité physique chaque jour aux adultes.

Plus de muscle et d’estime de soi !

En cas de surpoids ou d’obésité, l’activité physique seule n’a pas d’effet sur la corpulence (ou très peu). En revanche, elle impacte positivement la composition corporelle : on gagne du muscle et on perd de la masse grasse. En outre, elle contribue à réduire le risque de diabète, améliore les fonctions cardiaque et artérielles… mais aussi l’estime de soi.

Bouger ? C’est possible !

Vous (ou votre enfant) êtes en surpoids et vous avez l’intention de pratiquer une activité physique ? Optez pour une pratique que vous aimez (c’est la meilleure façon de persévérer). Commencez par exemple par marcher (et/ou faire du vélo ou de la natation, des jeux aquatiques ou de la danse) 2 à 3 fois par semaine, puis augmentez en durée, en fréquence et en intensité. Vous (ou votre enfant) êtes atteint d’obésité et vous avez envie de vous remettre en mouvement ? Parlez-en avec votre médecin qui évaluera votre condition et vos aptitudes physiques pour que vous puissiez vous lancer en toute sérénité.

Joignez le plaisir l’utile !

Quoi qu’il en soit, ayez à l’esprit que les occasions de bouger sont nombreuses à condition de les saisir, que ce soit en participant aux tâches ménagères, en préférant les déplacements actifs (marche, vélo, mais aussi skate, trottinette…) aux transports motorisés pour tous les trajets quotidiens,…

Veillez toujours (et spécialement pour les enfants) à adapter les activités pour maintenir la motivation et entretenir le plaisir.

Choisissez votre coach !

Des associations sportives proposent des activités physiques adaptées aux personnes en surpoids ou obèses :

EPPM « Sport pour tous » ( https://www.sportspourtous.org/fr/notre-expertise/sport-sante-bien-etre/moove-eat.html)

Fédération française EPGV  « éducation physique et de gymnastique volontaire » (https://www.sport-sante.fr/fr/gymnastique-volontaire-ffepgv/programmes-ffepgv-publics-specifiques/diabete-et-obesite.html)

Les Réseaux de prévention et de prise en charge de l’obésité pédiatrique (RéPOP ou RéPPOP) disposent de professionnels de la santé et/ou de l’activité physique qui pourront également vous conseiller (trouvez la carte du réseau le plus proche de vous ici)

 

Sources :
Ligue contre l’obésité (https://liguecontrelobesite.org)
Inserm (https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/obesite-2-ans-activite-physique-et-sedentarite-sont-determinantes ; https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/obesite)
Programme National Nutrition Santé, Activité physique et obésité de l’enfant (https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Synthese_PNNS_-_Activite_physique_et_obesite_de_l_enfant.pdf)
Ameli : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/surpoids-enfant/pratiquer-activite-physique
[i] Calculer son IMC : Poids (en kg) divisé par le carré de la taille (en mètres)