utilisateur
menu wellpharma

Séniors et canicule

Ils transpirent peu, ressentent moins l'envie de boire que les plus jeunes, se plaignent rarement des grandes chaleurs. Et pourtant... les personnes âgées sont parmi les plus vulnérables aux envolées du mercure. Quels risques, quelles solutions ? Les conseils d'Elisabeth Lamas, médecin à Roquebrune Cap Martin

Séniors et canicule

L'âge et la chaleur

Plus on vieillit, moins le corps est capable de s'adapter à la chaleur. 

Outre les fragilités liées aux maladies chroniques, la perte d'autonomie ou la prise de médicaments, la personne (très) âgée perçoit moins la chaleur, ressent moins la soif et transpire moins. De fait, le risque de coup de chaleur est majeur. Redoubler de vigilance est nécessaire.

► Avant l'été, prévoyez brumisateur, ventilateur et thermomètre médical (non frontal) et établissez la liste des proches sur qui le senior peut compter pour éviter l'isolement.

Prenez conseils auprès de votre pharmacien sur la conduite à tenir pour le protéger. Et dès le début de la vague de chaleur, inscrivez la personne concernée en mairie pour permettre l'intervention ciblée des services sanitaires et sociaux en cas de déclenchement du plan d'alerte et d'urgence.

Hausse des températures

Quelle est la conduite à tenir lorsque les températures s'affolent ?

► quand le soleil cogne, fermez tout - volets et fenêtres - ventilez à la fraîche en créant, si possible, quelques courants d'air. Si le logement est un four, prévoyez de climatiser les lieux ou de l'en faire profiter au moins 2 ou 3 heures par jour.

► rappelez aux personnes concernées qu'il faut proscrire les sorties aux heures les plus chaudes. Optez pour des vêtements légers, amples, de couleur claire et on n'oubliera pas le chapeau !

► abusez d'eau : bains, douches, vaporisateurs, tout est bon ! Soif ou pas soif, faites en sorte qu'il ou elle boive 1.5 l/jour. Marre de l'eau ? Pensez potages, thé, jus, fruits et légumes gorgés d'eau ! Faim ou pas faim, il faut manger (quitte à fractionner les repas) pour compenser la perte de sel induite par la production de sueur.

Symptômes à surveiller

Que faire en cas de dégradation de l'état ?

La perte de poids, l'apparition de crampes, l'absence d'urine (depuis plus de 5 heures), une sensation de malaise doivent alerter. 

Il faut boire, se rafraîchir et se reposer. La déshydratation se signale par une sécheresse des muqueuses, une hypotonie des globes oculaires (yeux creux, enfoncés dans les orbites), voire une hypotension...

Une peau rouge et sèche, des maux de tête, une température supérieure à 39°C... sont autant de signes d'un coup de chaleur.

Dans ces deux cas, il s'agit d'une urgence vitale : alertez le 15 et, en attendant les secours, placez la personne dans un endroit frais, faites-la boire si elle est consciente, éventez-la et aspergez-la (gentiment) d'eau.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Dr Elisabeth Lamas, médecin