utilisateur
menu wellpharma

SOS insomnies

On a tous passé au moins une nuit sans fermer l’œil et plusieurs d’un mauvais sommeil… Mais quand les insomnies deviennent chroniques, que faire à part avaler des somnifères ? On en parle avec François Tournay, pharmacien wellpharma à Villers-lès-Nancy.

SOS insomnies

Certains mettent des heures à trouver le sommeil. D’autres se réveillent au milieu de la nuit et peinent à retrouver les bras de Morphée. D’autres, enfin, se réveillent systématiquement bien avant le que le réveil ne sonne et beaucoup trop tôt. On parle d’insomnie quand ces événements deviennent récurrents au point de nous pourrir la vie –humeur de dogue, moral en berne et fatigue accablante...– Avant d’en arriver là, on essaie, naturellement, de calmer la machine.

Comment en est-on arrivé là ?

« Quand on est sur l’autoroute, on sait qu’on doit s’arrêter toutes les deux heures pour se détendre, boire un coup, se dégourdir les jambes... Dans notre vie de tous les jours, c’est la même chose !  Sinon, notre corps est en état d’urgence perpétuel. »

Que faire pour éviter la surchauffe ?

« Quelles que soient nos activités, il faut prendre le temps de souffler régulièrement, de faire une micro-sieste… sinon l’organisme s’emballe et le cœur avec lui. La pratique sportive est également très importante : on entraine le muscle cardiaque à accélérer… et à revenir rapidement à rythme plus lent. »

Que faire quand on commence à souffrir de troubles du sommeil ?

« Ne surtout pas zapper la pratique sportive, trois fois par semaine… mais pas juste avant de d’aller se coucher ! Le soir venu, être attentif au passage des trains du sommeil (quand on commence à bailler, à avoir les paupières lourdes…) pour ne surtout pas les rater ! Et, deux à trois fois par semaine, on se couche le plus tôt possible et en tout cas, avant minuit.

Evidemment, on évite les dîners lourds, les excitants en fin d’après-midi et les écrans juste avant d’aller se coucher. »

Les plantes peuvent-elles nous aider ?

 « Certaines plantes aident à faire des breaks et vous avez le choix. Les flavonoïdes présents dans l’aubépine tempèrent les cœurs qui s’emballent et ceux de la passiflore restaureraient un sommeil réparateur. On peut trouver l’apaisement avant le coucher avec une petite camomille. On peut aussi penser à la mélisse et à ses vertus relaxantes. Moins connu, le pavot de Californie (eschscholtzia) peut aider à trouver le sommeil grâce à ses propriétés anxiolytiques. Que vous les avaliez sous forme de complément alimentaire, de teinture mère ou d’extraits liquides vous profiterez du double effet calmant et digestif de ces plantes ! A prendre, de même que la valériane réputée combattre la nervosité, avec ses propriétés sédatives, matin, midi et soir (sauf l’eschsholtzia qu’on avale uniquement le soir). Demandez conseil à votre pharmacien pour la posologie selon la forme choisie. »

Peut-on se concocter des « cocktails » ?

« Si vous dormez peu et/ou mal, n’hésitez pas, en effet, à mélanger ces plantes entre elles ou –plus simple– à opter pour un complément alimentaire les associant à l’instar des complexes wellpharma « endormissement », « fatigue », « relaxation », « sommeil » ou encore  « stress ». Certains produits contiennent de la mélatonine, laquelle aide à trouver le sommeil.

Enfin, cette « cure » devrait s’accompagner de magnésium, évoqué pour son action contre la fatigue. Quand vous vous sentez mieux (après une dizaine de jours normalement), commencez par diminuer les prises d’eschsholtzia avant de réduire les autres plantes et le magnésium. »

Peut-on trouver de l’aide du côté des huiles essentielles ?

« Elles peuvent en effet venir compléter l’arsenal. On choisit la lavande, l’ylang-ylang, le petit grain bigarade, la verveine… dont on déposera 2 gouttes, soit sur l’oreiller avant de se coucher, soit dans le creux des mains pour en respirer les effluves calmement et bien profondément. »

Et si les insomnies virent au cauchemar ?

« Si aucun résultat probant n’est constaté après une semaine, voire dix jours à tenter de résoudre le problème de sommeil avec les plantes, le magnésium, les huiles essentielles tout en ayant une activité physique et/ou sportive régulière, etc... il faut investiguer et s’interroger sur les causes profondes de ces insomnies. Parlez-en en toute confiance avec votre médecin ou votre pharmacien. »

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
François Tournay, pharmacien wellpharma.