L’observatoire wellpharma #11 – Zen restons zen

Êtes-vous stressé ? Dormez-vous suffisamment ? Quelles sont les conséquences sur votre organisme ? Découvrez les résultats de notre grande enquête en vidéo pour en savoir plus sur vos habitudes de sommeil et votre gestion du stress. Et découvrez également nos produits wellpharma.
Je découvre

En Novembre, la vaccination, êtes-vous à jour ?

Je m’intime des soins intimes

Muqueuse, attention fragile !

La flore vaginale est sensible aux changements et aux contrariétés – stress, yoyos hormonaux, fatigue… Pour l’hygiène intime, on s’équipe de produits lavants sans savon spécifiques. 

Présentés sous forme de gel ou de crème, avec un PH compris entre 4/5 et 8/9, ils sont conçus pour respecter les muqueuses, et préservent cet écosystème délicat chez la femme, quelque soit son âge.

Toilette, mode d’emploi

Au quotidien, une toilette suffit car l’excès d’hygiène irrite les muqueuses.

Déposez un peu de liquide au creux de la main – le gant de toilette, nid à microbes, est à bannir – et faites mousser avec de l’eau.

Procédez en douceur, de l’avant vers l’arrière, afin de ne pas ramener les bactéries en zone sensible. Rincez abondamment. Le lavement vaginal est à proscrire absolument !

Sujette aux sécheresses vaginales ? Optez pour des soins lavants ultra-hydratants.

Ca picote et ça démange ?

En dépit des précautions prises, ça gratte voire des pertes apparaissent ? 

Passez à deux toilettes quotidiennes, avec un produit au PH neutre ou légérement alcalin (7 à 9) et complétez éventuellement par l’application d’une crème apaisante. 

Si les symptômes persistent, il peut s’agir d’une mycose, conséquence d’un déséquilibre de la flore vaginale.

Le coupable est souvent le Candida Albicans, un champignon présent dans la flore vaginale. 

Epuisée, en période menstruelle (les tampons peuvent assécher les muqueuses), sous antibiotiques ou corticoïde,… le champignon va proliférer.

On a alors recours à l’ovule vaginal qui, dans 80% des cas, résoudra le problème.

L’été, redoublez de vigilance

Tous les facteurs sont réunis – chaleur, humidité – pour favoriser les mycoses l’été, sans compter que la vie sexuelle est souvent plus intense en cette période de vacances.

Ne dérogez pas à vos bonnes habitudes et ne lézardez pas avec un maillot humide : une heure ça va mais six heures… !

Et, évidemment, protégez-vous lors des rapports sexuels si vous n’êtes pas sûre de votre partenaire, en utilisant des préservatifs, la meilleure barrière contre les MST !

Pour continuer votre lecture