utilisateur
menu wellpharma

Zoom sur la mésothérapie

Et si, pour soigner vos lésions, on s’en approchait le plus possible ? C’est ce que tentent les mésothérapeutes qui injectent, là où ça fait mal, de faibles doses de médicaments. Toutes les explications avec le docteur Jean-Marc Piumi, président de la Société Française de mésothérapie.

Zoom sur la mésothérapie

Un peu d’histoire

La mésothérapie est une technique récente, découverte et développée par un médecin français, Michel Pistor, au début des années 1950. Alors qu’il avait réalisé une injection intraveineuse de procaïne à un patient souffrant d’asthme, ce médecin de campagne constata que son malade avait… recouvré l’audition. Intrigué par cet effet « secondaire », il réalisa des expériences pour vérifier qu’en piquant rarement, avec peu de médicaments mais au bon endroit, on pouvait soulager ou guérir des malades. Depuis 1987, la mésothérapie est reconnue comme partie intégrante de la médecine classique.

Le B.A.BA

La mésothérapie consiste à injecter, de façon superficielle mais très ciblée, différentes sortes de produits (3 au maximum dans la même seringue). Le mésothérapeute utilisera, selon les cas, la technique intra épidermique -le biseau de l’aiguille crée des stries sur la peau, par lesquelles le produit pénètre-, les micro-piqûres intradermiques superficielles (1 à 3 mm de profondeur) –dans ce cas le produit pénètre par les petits « trous » créés par l’aiguille, le point par point –on pique plusieurs fois à 4 mm de profondeur au moins-, ou encore la mésothérapie ponctuelle systématisée –le praticien cible des points fixes. Parmi les produits injectés (selon la pathologie) : décontracturants, anti-inflammatoires, vasodilatateurs, vitamines, …

La séance va commencer

Après avoir établi un diagnostic précis et évalué l’ampleur des troubles fonctionnels de son patient, le mésothérapeute va établir son plan d’action : il décide du mélange qu’il va injecter, où et à quelle profondeur, ainsi que de la technique qu’il va employer. La séance dure en moyenne 15 minutes et, pour réussir à vous soigner, le médecin peut en programmer jusqu'à 5. Une séance coûte, en moyenne, de 30 à 50 €.

J’y vais si…

La mésothérapie est particulièrement indiquée à ceux qui souffrent de rhumatismes, d’arthrose, du canal carpien… Ceux qui se plaignent de leur dos (lumbago, torticolis, sciatique, cruralgie, … ou encore les sportifs qui se sont blessés (entorse, tendinite, fracture…) pourront être également traités. Enfin, on peut également s’offrir une petite cure de jouvence avec le « mésolift » : le médecin glisse sous la peau un cocktail nutritif et revitalisant qui réveille le teint et repasse les ridules.

On emmène les enfants ?

A moins que Junior n’entre en crise de panique dès qu’il aperçoit une aiguille, ça se tente ! Une visite chez le mésothérapeute aidera les enfants à affronter l’hiver en renforçant leur immunité, remédiera aux maladies de croissance et consolera les casse-cou de leurs blessures.

Comment choisir son praticien ?

Pour découvrir les médecins mésothérapeutes diplômés exerçant près de chez vous, consultez l’annuaire de la Société française de mésothérapie.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Jean-Marc Piumi, mésothérapeute