Enquête du mois

En septembre 2021

Le confinement et nous

Angoisse face au virus…

A l’issue de la période de confinement, vous avez été nombreux à nous confier vos angoisses. Le Covid-19 est considéré comme une maladie grave par la plupart d’entre nous. 73% des personnes ayant répondu à l’enquête ont peur de la contracter et 88% craignent pour leurs proches. Bien que s’estimant bien informés sur le nouveau virus, les deux tiers des répondants aimeraient en savoir plus sur ses origines et les traitements en cours. Quant au vaccin, s’il existait, 80% d’entre nous y auraient recours.

Respect des règles

Plus de la moitié d’entre nous se sont déclarés favorables aux mesures sanitaires qui ont été prises et 80% les ont jugées efficaces. Et pour cause : chacun a joué le jeu et les membres du Club wellpharma se sont révélés particulièrement respectueux (80%) des gestes barrière !

Et inquiétude face à l’avenir

Que va-t-il se passer maintenant ? Difficile de savoir quelles seront les conséquences d’un retour à la « normale » qui n’en est pas vraiment un… On redoute une « deuxième vague » (deux tiers des répondants) et le retour des enfants à l’école (60% des parents ne les y enverront pas). Le spectre d’une crise économique hante les esprits de 87% des participants à l’enquête.

Le moral qui yoyote

Il faut le dire que le confinement a bouleversé nos habitudes et nous a un peu tapé sur le système : ceux qui ont télé-travaillé (la moitié des répondants), ont pu avoir du mal à faire la part entre vie privée et vie professionnelle et près de 1 personne sur 2 a souffert de stress, troubles du sommeil, sentiment de tristesse, d’isolement… Pour autant, certains (18%) ont renoncé à consulter un professionnel de santé dans la crainte de tomber malade suite à leur visite.

Acteurs de santé plebiscités

Ceux qui ont consulté un médecin ont choisi  dans 75% des cas le rendez-vous physique plutôt que la téléconsultation. Idem pour les pharmacies : 3 clients sur 4 ont continué à se rendre à l’officine et, pour plus de la moitié d’entre eux, à la même fréquence qu’avant la crise sanitaire. Tous les acteurs de la santé –médecins, pharmaciens, personnel hospitalier, experts scientifiques- recueillent la confiance des répondants qui jugent leur rôle important dans la gestion de la crise.

La recherche du contact

Même si le virus faisait (et fait encore) peur, les nouvelles pratiques telles que la téléconsultation médicale ou les services développés par les pharmacies – envoi d’ordonnance par photo, click&collect, drive – ont été peu utilisées. Pourtant, celles et ceux qui les ont testées les plébiscitent et certains envisagent de continuer à y recourir, même après le confinement. Une attitude qui témoigne de notre attachement puissant au contact humain et laisse à penser que nous ne changerons nos habitudes que progressivement.

Lueur d’espoir

Malgré le confinement, plus de la moitié d’entre nous s’estiment en bonne santé et affirment avoir traversé sans trop de mal cette période inédite. Même s’il est délicat de prévoir l’avenir, moins de la moitié sont inquiets pour leur situation financière et 1 personne sur 4 pour leur emploi. Pendant le confinement, la plupart d’entre nous a trouvé force et réconfort dans la lecture et le sport, et limité ses sorties à l’essentiel : ravitaillement et passage à la pharmacie. On a fréquemment adopté un comportement plus responsable (achats locaux, moins de commandes sur internet) et on est décidé à être plus solidaire. Alors oui, on a pu se laisser aller (manger quelques gâteaux, augmenter nos temps d’écran…) mais on a aussi pris plus régulièrement des nouvelles de nos proches ! Finalement, on a souvent sincèrement apprécié de passer de bons moments en famille même à distance. Inviter ou aller voir vos proches a été la chose qui vous a le plus manqué pour 84% d’entre-vous, alors vivement les retrouvailles !

Et demain ?

Nul ne sait comment la situation va évoluer, en revanche, on sait que le virus est toujours actif. Alors on ne lâche rien et surtout pas les gestes barrières. D’ailleurs, 84% d’entre-vous pensent qu’une deuxième vague arrivera avant la fin de l’été 2020 et 76% estiment que cette épidémie ne sera toujours pas terminée dans 6 mois. Vous êtes près de 80% à assurer que vous allez continuer à vous laver les mains régulièrement, éternuer / tousser dans votre coude ou un mouchoir jetable,… et près de la moitié d’entre nous avance déjà masqué 😉 Super !  Persévérons, soyons solidaires et respectons au mieux les règles de distanciation physique pour que le virus continue à reculer.

Pour continuer votre lecture

27 Avr 2021

Risques cardiovasculaires : en avoir le cœur net !

Les accidents cardiovasculaires ne sont pas une fatalité ! On peut les éviter en identifiant les facteurs susceptibles d’obstruer les artères et en les supprimant. Pour cela, une seule solution : le dépistage… à tester d’urgence dans les pharmacies wellpharma. En mai, c’est gratuit ! Quiterie Leloup nous explique tout !
30 Jan 2018

Préparez vous à dévaler les pistes

Vous avez hâte de chausser les skis et de dévaler les pistes ? Avant de répondre à l’appel de la poudreuse et pour profiter à fond de votre séjour à la montagne, n’oubliez pas de vous préparer pour éviter courbatures et blessures. On vous aide aussi, avec l’association des médecins de montagne, à boucler votre sac et à préparer vos menus. Ça farte ?
28 Fév 2019

Attention à la dénutrition des seniors

Mamie picore ? Papy grignote ? La dénutrition des seniors n’est pas une question à prendre à la légère au vu de ses conséquences possibles sur la santé. Quand parle-t-on de dénutrition ? Comment la détecter ? Que faire en cas de dénutrition avérée ? Quelques réponses avec Elisabeth Lamas, médecin à Roquebrune Cap Martin.
27 Avr 2021

Eviter le diabète de type 2

On compte 4,5 millions de diabétiques en France (dont 1 million qui s’ignorent) et 463 millions dans le monde en 2019. On redoute une flambée de cette pandémie et une augmentation croissante des complications qu’elle induit. Saviez-vous qu’il est possible de repousser (voire d’éviter) la survenue du diabète de type 2 ? Explications avec la Fédération des diabétiques[i].