Nutrition : se fier (ou pas) aux étiquettes ?

Etiquetage alimentaire

Informations obligatoires

« La première chose qu’on voit quand on achète un produit alimentaire en magasin, c’est son emballage. Au-delà des allégations nutritionnelles ou de santé (« riche en vitamine C », « source de fibres », « contribue à l’équilibre de… »), à prendre avec des pincettes, figurent, obligatoirement, toutes sortes d’informations obligatoires. Parmi lesquelles on retrouve : la date limite de consommation (ou la date durabilité minimale, selon les produits), le numéro du lot de fabrication, la déclaration nutritionnelle (valeur énergétique) ou encore la liste des ingrédients et la qualité de certains d’entre eux (qui sont mis en valeur sur l’étiquette ou dans la dénomination du produit : quiche aux poireaux, pâté aux truffes…)

A savoir : les ingrédients sont indiqués par ordre décroissant de poids. Si l’étiquette indique « farine, œufs, sucre… », cela signifie que la recette comporte plus de farine que d’œufs, eux-mêmes en quantité supérieure au sucre etc. Cette règle est également applicable aux additifs et arômes. Les ingrédients allergènes doivent être mis en évidence.

Le Nutri-Score, c’est quoi ? 

Depuis quatre ans, une autre information fleurit sur les emballages, le Nutri-Score. Un système d’étiquetage pour nous simplifier la vie, qui note les produits de A à E, du vert au orange foncé. Chaque produit se voit ainsi attribuer un score selon le rapport entre ses composants positifs (vitamines, fibres, protéines…) et négatifs (suces, sels, acides gras saturés). Le score est calculé en établissant la balance entre les nutriments à favoriser et ceux à limiter. Il est délivré gratuitement aux entreprises volontaires pour le voir figurer sur leurs produits.

Se servir du Nutri-Score

Le Nutri-Score est un outil efficace de comparaison. En effet, il vous permet de trancher entre des produits de même catégorie  (quand vous cherchez des céréales pour le petit-déjeuner ou un plat tout prêt afin de déjeuner sur le pouce, par exemple). Il vous permet également d’y voir plus clair entre les marques (et de trancher entre les biscuits fourrés de telle marque ou de telle autre). Idem, il peut vous aider à choisir entre plusieurs produits destinés à être consommés au même moment (crème au caramel ou yaourt brebis à la vanille, pour le dessert ? rillettes de saumon ou taboulé en entrée ?) Dans tous les cas, le Nutri-Score vous permet de comparer en un coup de d’œil !

A savoir : On ne bannit pas les aliments classés D et E mais on les consomme avec parcimonie. De même que, dans chaque catégorie d’aliments, on privilégie les meilleurs pour la santé (pour les huiles par exemple, « C », c’est le top… mais pas pour les yaourts parmi lesquels les « A » sont irréprochables d’un point de vue nutritionnel, ce qui n’est pas le cas des « C »).

NB : Le nutri-score évalue la qualité des aliments tels qu’ils sont vendus… C’est ainsi que les frites surgelées sont « A » puisqu’elles n’ont pas encore pris leur bain de friture ! Autrement dit, quel que soit le produit acheté, aussi bien noté soit-il, pensez à adapter votre mode de préparation pour préserver les vertus nutritionnelles de votre plat ! Enfin, le Nutri-Score ne prend pas en considération le degré de transformation des aliments, ni la présence des pesticides ou des additifs.

Et les applis dans tout ça ?

Depuis quelques années, des applis se proposent de décrypter les étiquettes de nos produits alimentaires parmi lesquelles Yuka (qui note les aliments selon leur composition, en tenant compte aussi des additifs et propose des recommandations), OpenFoodFacts (qui en plus du Nutri-Score, propose un Eco-Score), MyLabel ou Etiquettable (pour des courses non seulement plus saines mais aussi plus éthiques et éco-responsables), Y’A quoi dedans (qui permet d’exclure les substances qu’on ne veut pas trouver dans ses courses à l’instar du gluten ou de certains additifs) ou encore avec Siga (qui classe les aliments selon leur degré de transformation). A vous de choisir selon vos habitudes, vos exigences, vos priorités… En ayant à l’esprit que toutes ces applis nous simplifient la vie mais que leurs « notes » sont souvent contestées, non seulement par l’industrie agroalimentaire (furieuse de voir ses produits fustigés) mais aussi par des nutritionnistes qui repèrent parfois leurs lacunes ou leurs incohérences. Alors… oui aux applis, mais en continuant à exercer notre bon sens et notre esprit critique !

Pour continuer votre lecture

29 Avr 2020

Jeune intermittent, c’est pour moi ?

Vous souhaitez remettre à zéro les compteurs de votre organisme ? Plus facile à pratiquer que sa version « traditionnelle », le jeûne intermittent peut vous aider à reposer votre système digestif et faire le plein d’énergie, nous explique François, pharmacien wellpharma à Villers-lès-Nancy.
22 Déc 2015

Mincir sans souffrir

Retrouver ses proches au moment des fêtes, c'est important. Mais à force de se faire du bien avec du chocolat, du foie gras et des boissons alcoolisées... la parenthèse chaleur des cœurs s'est muée en rondeur des corps. Le temps est venu de brûler les graisses superflues. Pas question non plus de se laisser gagner par la culpabilité d'après-fêtes. Au programme, un peu de légèreté dans l'assiette certes sans basculer pour autant dans le bouillon de légumes matin, midi et soir. Vous risqueriez de vous venger sur la première pâtisserie croisée !
02 Mai 2016

Magnésium, entrez en cure !

Plus d'énergie, stressé(e), au bout du rouleau... Et si vous entamiez une cure de magnésium ? Tout ce qu'il faut savoir sur ce minéral essentiel au bon fonctionnement de l'organisme avec le Dr Véronique Buckenmeyer, médecin nutritionniste et anti-âge à Strasbourg.
27 Sep 2017

Les champignons ont-ils tout bon ?

Avec l’automne, chanterelles, pleurotes, cèpes et bolets... vous font du pied ? Qu’ils soient cultivés ou sauvages, laissez vous tenter : les champignons offrent des saveurs et  des qualités nutritionnelles incomparables. A condition de prendre quelques précautions. Suivez le guide !