utilisateur
menu wellpharma

La grippe : très peu pour moi !

Non, la grippe n’est pas un « gros rhume » mais une maladie virale qui tue chaque année en France plusieurs milliers de personnes. Cette année, deux régions pilotes proposent la vaccination contre la grippe dans les officines. Avec Laurent Charrin, pharmacien à Biarritz, on fait le point sur cette nouvelle mesure, sur l’épidémie et sur les meilleurs moyens d’y échapper !

La grippe : très peu pour moi !

La grippe, c’est quoi déjà ?

La grippe est une maladie d’origine virale, provoquée par le virus influenza de type A, B ou C, et extrêmement contagieuse. Comment ? Une personne grippée éternue ou tousse et c’est une multitude de gouttelettes de salive qui se retrouvent dans l’air et vont contaminer d’autres personnes. Premiers symptômes ? Fièvre, fatigue, courbatures, maux de tête, toux…Avec un risque de complications (respiratoires notamment) chez les personnes fragiles.

Précautions de base

La grippe est contagieuse parce que le virus est (très) résistant : il survit 5 minutes sur la peau, mais 8 h à 12 h sur les mouchoirs ou les vêtements et 24 h à 48h sur les surfaces inertes (poignées de portes, plan de travail…). Dans ces conditions : on tousse dans le pli du coude, on évite les poignées de mains (et de portes !), on se lave les mains souvent, on utilise des mouchoirs jetables, on évite autant que possible les lieux publics et on aère chez soi quotidiennement.

Le vaccin c’est pour qui ?

Le vaccin est particulièrement recommandé aux nourrissons, femmes enceintes, personnes âgées et/ ou atteintes d’une maladie chronique et/ou d’une déficience immunitaire. Généralement, ces populations sont invitées à se faire vacciner par l’Assurance maladie qui prend en charge à 100 % le vaccin. Une personne vaccinée est vraiment immunisée 15 jours à 3 semaines après la vaccination et le reste ensuite 9 mois. Les effets secondaires (état fébrile) sont rares (5 % des cas) et passagers.

Comment se prémunir ?

On peut prendre, dès octobre / novembre, sous forme homéopathique, une dose d’Influenzinum et une dose d’Oscillococcinum une fois par semaine pendant trois semaines, puis une dose de chaque, une fois par mois, pendant tout l’hiver. Pour les bronches fragiles, on suggère d’avoir recours au serum de Yersin (même posologie que les précédents). Il est bon de rappeler que, même si l’on ne fait pas partie des populations vulnérables, on peut se faire vacciner. Et il est recommandé de le faire si l’on a, dans son entourage, une personne fragile.

Mon pharmacien, un pro du vaccin

En 2017, l’expérimentation de la vaccination a eu lieu dans deux régions : Nouvelle-Aquitaine et Auvergne Rhône-Alpes pour la campagne 2017-2018 ; puis dans deux régions supplémentaires pour la saison 2018-2019 avec l’Occitanie et les Hauts-de France. La population cible a été élargie pour la campagne 2019 avec la possibilité pour tout pharmacien de pouvoir vacciner ses patients concernés par les recommandations vaccinales. Le top départ a été lancé le 15 octobre dernier !

Une nouvelle mission pour le pharmacien, au cœur du plan de rénovation de la politique vaccinale avec un double objectif : améliorer la couverture vaccinale tout en restaurant la confiance en la vaccination.

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Laurent Charrin, pharmacien à Biarritz