utilisateur
menu wellpharma

Même pas malade en maternelle cet hiver

Comment survivre à l’hiver alors que Loulou -trois ans, dont un demi-trimestre passé à l’école- alterne rhumes et gastros ? Pas de panique : pour rompre ce cercle vicieux, il suffit souvent de respecter quelques règles d’hygiène simples et de choisir probiotiques adaptés et complexes multivitaminés bien ciblés. La chasse aux microbes est ouverte avec Michèle Dominiak, pharmacien dans le Loiret.

Même pas malade en maternelle cet hiver

Lave-toi les mains !

Ahhhhh, les joies de la petite école et son lot d’apprentissages, ses découvertes en tous genres et… ses virus à la pelle ! Pour autant, pas question de baisser les bras. On va plutôt se frotter les mains, avec du savon, et apprendre à Loulou à faire de même. Se laver les mimines régulièrement est un geste de survie élémentaire en cas d’épidémie de gastro, par exemple. Et passer doudou à la machine aussi (oui, on sait : il va falloir ruser !).

Il faut sauver la flore de l’écolier en herbe

Booster les défenses immunitaires passe par les intestins. Or, la plupart des marmots de maternelle ont une flore intestinale faiblarde à cause des antibiotiques qu’ils ont déjà absorbés. Même s’ils ont avalé, en parallèle, de l’ultra-levure. Le remède ? Les probiotiques, qui vont la restaurer. A prendre en cure de 10 jours / mois. Plusieurs marques proposent des formules adaptées aux tout-petits : demandez conseil à votre pharmacien !

Booster les petits loups !

Le rythme de l’école peut être difficile à suivre, au départ, pour certains enfants. Pour peu qu’ils n’aient pas leur ration quotidienne de fruits et légumes, ils sont tout raplaplas. Et un enfant fatigué est une proie facile pour les virus… Alors une cure du vitamines s’impose. Le B.A BA, c’est le jus d’orange fraîchement pressé. Pour ceux qui préfèrent, il existe des complexes vitaminés sous forme de pastilles ou de sirops, bien dosés en vitamine C, avec tout ce qu’il faut (cuivre, manganèse, ginseng, acerola…) pour retrouver son pep’s.

Agir quand le rhume pointe son nez

Malgré tout ça, aux premiers frimas, toute la classe renifle ? Ça sent l’otite / la rhino à plein nez ? Ce n’est pas une fatalité, à condition de réagir vite. On commence par un lavage systématique du nez (oui, on sait, il va falloir être persuassif-ve). Et on choisit l’homéopathie pour éviter l’otite et esquiver la rhinopharyngite ou la bronchite (Mercure Sol n°39 des laboratoires Lehning, Coryzalia ou Allium Cepa, chez Boiron). Pour prévenir les dérives, une cure de propolis à raison de 20 jours / mois peut se révéler judicieuse. A voir, selon les cas, avec votre pharmacien.

Rester au chaud

Bien sûr Loulou et ses copains-copines partagent tout. Enfin… les microbes plus que les jouets pour être honnête. Mais ils échangeraient sûrement moins de virus si on ne les déposait pas à l’école, bourrés de paracétamol, alors que la fièvre couve. Certes, c’est rarement facile de composer avec un enfant malade mais… mieux vaut garder Loulou deux jours à la maison que de risquer de décimer toute une classe, instit’ compris-e, non ?

Date du conseil :
Article réalisé avec la participation de :
Michèle Dominiak, pharmacien à Varennes-Changy