Enquête du mois

Enquête Zen restons zen

Zen restons zen

Êtes-vous stressé ? Dormez-vous suffisamment ? Quelles sont les conséquences sur votre organisme ? Nous souhaitons en savoir plus sur vos habitudes de sommeil et votre gestion du stress. 
Je réponds

En octobre 2021, reculons l’heure et le cancer !

Le cancer du sein, parlons-en

Le cancer du sein

Le cancer du sein, le plus répandu

Aujourd’hui, près d’une femme sur 8 développe un cancer dans sa vie. Parmi les cancers, celui du sein est le plus fréquent chez la femme : il représente plus du tiers des cas de nouveaux cancers. Mais dans la très grande majorité des cas, si ce cancer est pris en charge assez tôt, on le soigne. Ainsi, le taux de survie à 5 ans est de 99% quand il est détecté rapidement, mais de 26% lorsqu’il est diagnostiqué à un stade avancé. D’où l’importance de savoir quand et à quoi réagir.

L’âge, premier facteur de risque du cancer du sein

Dans près de 80% des cas, le cancer du sein survient après 50 ans. En France, le dépistage du cancer du sein est gratuit et concerne toutes les femmes entre 50 et 74 ans, sans symptôme ni autre facteur de risque que leur âge. Il consiste en une mammographie tous les deux ans, chez un radiologue agréé de son choix.  On estime qu’il permet de réduire la mortalité imputable à ce type de cancer de 15% à 21%. Les femmes à risque élevé, voire très élevé, de cancer du sein, peuvent bénéficier d’un dépistage spécifique pris en charge lui aussi à 100%. Quel que soit l’âge à partir de 25 ans, y compris entre deux examens de dépistage à partir de 50 ans, il est important pour chaque femme de surveiller ses seins afin de repérer d’éventuelles anomalies (voir ci-dessus) le plus tôt possible. Dans tous les cas, il est conseillé  de consulter son médecin traitant ou son gynécologue pour un examen clinique des seins tous les ans.

Les symptômes

On détecte généralement les premiers signes d’un cancer du sein à l’occasion d’une mammographie de dépistage ou d’une (auto)palpation du sein. Le symptôme le plus fréquent est une « boule » ou en tout cas une grosseur dans un sein. Elle est généralement indolore, dure, avec des contours irréguliers et semble fixée dans le sein. Parfois, c’est au niveau des aisselles qu’on peut sentir une masse dure. Il arrive également que la peau du sein ou du mamelon change : aspect de peau d’orange, œdème, rougeur ou chaleur sur le sein, rétractation, changement de couleur ou déformation du mamelon, écoulement anormal… En cas d’anomalie, on consulte rapidement son médecin.

Le diagnostic

Ces seuls symptômes doivent alerter mais un bilan est nécessaire pour établir un diagnostic sûr. Pour ce faire le médecin prescrit une mammographie des deux seins, généralement doublée d’une échographie, parfois suivie d’une IRM. En cas de lésion suspecte, on procède à une biopsie (sous anesthésie locale) pour réaliser un examen anatomopathologique, autrement une analyse au microscope des cellules et tissus prélevés. Cet examen permet non seulement de détecter la présence de cellules cancéreuses mais aussi de les caractériser, de préciser le type de cancer dont il s’agit ainsi que son étendue et son stade. C’est une étape essentielle qui permet de repérer la présence de récepteurs hormonaux sur les cellules cancéreuses ou encore de récepteurs HER2, lesquels sont impliqués dans la prolifération cellulaires (ils rendent le cancer plus agressif).

Chirurgie et thérapies

Le traitement du cancer repose sur la chirurgie (pour enlever la tumeur et une partie du tissu qui l’entoure) accompagnée, selon les cas, d’une chimiothérapie, d’une radiothérapie, d’une hormonothérapie ou d’une thérapie ciblée. Les cancers avec récepteurs hormonaux sont sensibles à l’hormonothérapie et les cancers HER2 positifs à une thérapie ciblée. Si l’on n’observe aucun de ces récepteurs, on est en présence d’un cancer triple négatif (10 à 15% des cancers du sein diagnostiqués chaque année). Diagnostiqué à un stade localisé (quand il est limité au sein et aux ganglions des aisselles), la guérison est possible. Au stade métastatique (d’autres organes que les seins et les ganglions axillaires et sus-claviculaires sont touchés), la guérison n’est pas possible mais des traitement existent pour le traiter et aider la patiente à vivre plus longtemps avec la maladie.


Sources :

http://www.cancerdusein.org/images/PDF/brochure/Les_cancers_du_sein_des_informations_a_partager.pdf

[i] Source : Centre International de Recherche sur le Cancer

Pour continuer votre lecture

26 Déc 2018

Un coup de boost pour affronter l’hiver

En ce début d’année, nous sommes pleins de bonnes résolutions mais … déjà plus très sûrs d’avoir l’énergie pour les tenir ? Taratata : en suivant les bons conseils de François Tournay, pharmacien wellpharma à Nancy, entamons une belle promenade de santé !
17 Juil 2019

SOS brûlures d’été !

Qu’on ait attrapé un coup de soleil, renversé le barbecue où qu’on se soit frotté à des plantes phototoxiques, la brûlure qui en résulte requiert d’acquérir les bons réflexes pour intervenir de façon rapide et adaptée. Apprenons les bons gestes avec Olivier Albert, pharmacien wellpharma à Port la Nouvelle.
28 Oct 2019

Cohérence cardiaque, la respiration qui rend zen

Parfois notre rythme de vie s’accélère et on a soudain l’impression que tout va plus vite, trop vite…. Stoooooop : apprenons à nous relaxer en pratiquant la cohérence cardiaque. Pas besoin d’équipement : la technique est à portée de tous. Explications de Christophe Lafourcade, sophrologue, relaxologue, intervenant en cohérence cardiaque à Lyon.
27 Avr 2021

Eviter le diabète de type 2

On compte 4,5 millions de diabétiques en France (dont 1 million qui s’ignorent) et 463 millions dans le monde en 2019. On redoute une flambée de cette pandémie et une augmentation croissante des complications qu’elle induit. Saviez-vous qu’il est possible de repousser (voire d’éviter) la survenue du diabète de type 2 ? Explications avec la Fédération des diabétiques[i].