L’observatoire wellpharma #11 – Zen restons zen

Êtes-vous stressé ? Dormez-vous suffisamment ? Quelles sont les conséquences sur votre organisme ? Découvrez les résultats de notre grande enquête en vidéo pour en savoir plus sur vos habitudes de sommeil et votre gestion du stress. Et découvrez également nos produits wellpharma.
Je découvre

En 2023, prenons soin de notre planète

Zoom sur… la maladie de Crohn

La maladie de Crohn touche près de 1/1000 personnes en France avec 8 nouveaux cas recensés pour 100 000 habitants chaque année. Si on la diagnostique le plus souvent chez des sujets âgés de 20 à 30 ans, elle n’épargne pas les plus âgés (5 % des cas sont diagnostiqués après 60 ans). Elle touche plus fréquemment les femmes que les hommes.

Une maladie inflammatoire chronique

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) qui peut toucher les parois du tube digestif de la bouche à anus. Mais le plus souvent, elle est localisée sur la partie terminale de l’intestin grêle, le colon et l’anus. Et progresse par poussées, alternant les périodes d’activité et de rémission (= sans symptômes).

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

  • Des douleurs abdominales,
  • Des diarrhées,
  • Des douleurs anales et/ ou des écoulements de glaires ou de sang par l’anus,
  • Une perte d’appétit,
  • Des nausées,
  • Des vomissements…

Rien de très spécifique, donc. D’où un diagnostic souvent tardif. D’autant que dans certains cas, l’inflammation se porte hors du périmètre digestif et provoque un rhumatisme articulaire, des problèmes dermatologiques… 

Comment poser le diagnostic de la maladie de Crohn ?

Le plus souvent, la maladie de Crohn est diagnostiquée à l’occasion d’une poussée. C’est généralement le médecin traitant qui décide de pousser les investigations : iléocoloscopie (examen du rectum, du colon et de la partie terminale de l’intestin grêle grâce à une petite camera introduite par l’anus sous anesthésie générale), endoscopie (pour rechercher une localisation haute de la maladie) accompagnées de bioposie, bilan biologique… Autant d’examens qui visent à évaluer l’étendue des lésions, ces dernières étant disséminées de façon discontinue sur la paroi intestinale, et les effets de la maladie sur la santé du patient (elle peut provoquer anémie, carences vitaminiques…), sur ses reins, son foie…D’autres examens sont prescrits en outre dans certains cas difficiles.

Une maladie aux causes inconnues ?

Si l’on ne connait pas très bien la cause de la maladie de Crohn, on a identifié des facteurs génétiques qui prédisposent à la maladie, ainsi qu’un déséquilibre entre le système immunitaire et le microbiote avec une réaction anormale du premier contre des bactéries normalement présentes dans le tube digestif et encore des causes environnementales, parmi lesquelles le tabagisme.

Quels traitements pour la maladie de Crohn ?

Pour l’instant, les traitements ne permettent pas de guérir la maladie de Crohn, mais de vivre avec, en éliminant durablement les symptômes. Les médecins cherchent à soigner les poussées (cicatrisation de la muqueuse) et prévenir les rechutes, à rétablir ou maintenir un bon état nutritionnel et améliorer la qualité de vie des patients. Ils peuvent prescrire des anti-inflammatoires (corticoïdes ou non), des immunomodulateurs (des anticorps monoclonaux qui tempèrent la réaction immunitaire), seuls ou associés selon les cas. Si des complications surviennent, une chirurgie peut être pratiquée pour réséquer les parties endommagées. Les patients sont toujours encouragés à arrêter le tabac afin de prévenir les récidives. En période de poussées, on leur conseille généralement d’adopter une alimentation sans fibres pour ne pas aggraver les symptômes.

Sources : www.ameli.fr

Pour continuer votre lecture