L’observatoire wellpharma #11 – Zen restons zen

Êtes-vous stressé ? Dormez-vous suffisamment ? Quelles sont les conséquences sur votre organisme ? Découvrez les résultats de notre grande enquête en vidéo pour en savoir plus sur vos habitudes de sommeil et votre gestion du stress. Et découvrez également nos produits wellpharma.
Je découvre

En Septembre, le naturel c’est essentiel !

Asthme et sport : c’est possible !

Sport asthme

Pratiquer un sport quand on est asthmatique ? Non seulement c’est possible, mais c’est fortement recommandé ! Seule condition : l’asthme doit être contrôlé. Donc, si vous suivez votre traitement, ne présentez ni toux, ni essoufflement, ni respiration sifflante, il y a de fortes chances pour que les conditions soient favorables à la pratique du sport : parlez-en avec votre médecin !

Bouger

Si vous n’avez jamais fait de sport de votre vie, commencez déjà par pratiquer une activité physique. Se bouger est en effet indispensable à la (bonne) santé de tous et notamment des asthmatiques, l’activité physique contribuant à contrôler l’asthme, à entrainer le cœur et diminuer le stress ; L’idéal : consacrer 30 minutes par jour à marcher, pédaler, faire un foot ou jouer à la marelle avec les enfants, s’amuser avec son chien… bref, à s’activer !

S’échauffer

Sachez-le : il existe une forme d’asthme provoquée par l’effort. Dans ce cas, c’est l’arrivée de l’air froid et sec dans les bronches mais aussi, éventuellement, de certains éléments allergisants ou irritants (pollens, pollution) qui déclenchent la crise. C’est ballot mais pas rédhibitoire : il est fort probable que votre médecin vous conseille de prendre une ou deux bouffées de bronchodilatateur avant l’effort, afin d’empêcher la crise. Quoi qu’il en soit, respectez scrupuleusement votre traitement, échauffez-vous en douceur, dosez votre effort et hydratez-vous régulièrement puis arrêtez progressivement votre activité !

Pratiquer en toute sécurité

Si vous êtes asthmatique et que vous souhaitez commencer le sport, validez avec votre médecin que vous avez choisi le bon sport. Il n’y a pas de restriction a priori mais… on déconseille la pratique de l’équitation aux sujets qui pourraient être allergiques aux poils d’animaux ou au foin, par exemple. Idem pour la natation en piscine : la présence de chlore dans l’eau peut déclencher des crises. Ensuite, quel que soit le sport pratiqué, les sujets asthmatiques éviteront les salles de sport mal ventilées ou poussiéreuses et la pratique du sport en extérieur pendant les pics de pollution, à la saison des pollens ou en cas d’épisode de grand froid. En effet, les bronches des asthmatiques détestent l’air sec, à fortiori glacé. Si vous souhaitez vous dépenser en plein cœur de l’hiver, placez une écharpe ou un cache-cou devant la bouche et inspirez par le nez autant que faire se peut !

Sportif & asthmatique : ma to-do list

  • J’ai toujours mon bronchodilatateur à portée de main pour agir en cas de crise,
  • Je vérifie la météo et la qualité de l’air avant de démarrer ma séance,
  • Si mon médecin me l’a conseillé, je prends une ou deux bouffées de bronchodilatateur avant de commencer,
  • Je m’échauffe afin de préparer mes bronches à l’effort,
  • J’adapte ma séance à ma condition physique (j’ai un rhume ? je suis fatigué ? j’y vais mollo !),
  • Je m’hydrate régulièrement,
  • Je décélère en douceur, pour réhabituer mes bronches à la normale.

Source : Ameli.fr

Pour continuer votre lecture

22 Juil 2016

Pas de bobos cet été !

Aaah que c'est bon de flâner au soleil, de nager sans se soucier du boulot ou de partir en rando... jusqu'à ce que... ouille, aïïe, aaaoutch... Piqûres, brûlures, bleus, ampoules, perturbent ces rares moments de détente. Pour un été en toute sérénité, suivez les conseils, gestes et soins de Marc Lecomte, pharmacien wellpharma à Mont de Marsan.
02 Oct 2014

Douleurs pelviennes

Le pelvis correspond au « petit bassin », se situant entre les hanches et le périnée. Il comprend les organes urinaires, le rectum et les organes gynécologiques, chez la femme. Les douleurs pelviennes peuvent toucher les hommes et les femmes, mais sont plus fréquentes chez ces dernières. Elles peuvent être secondaires à des problèmes gynécologiques, urologiques ou digestifs. Ces douleurs peuvent être variables, comme par exemples des tiraillements, une sensation de pesanteur, coup de poing. Ces douleurs peuvent être aigues ou chroniques.
31 Mar 2020

Prendre soin de soi (et des autres) pendant le confinement

Sauver des vies en restant chez soi ? C’est tout ce que l’on demande à la plupart d’entre nous. Cependant, supporter le confinement peut se révéler un peu difficile à la longue… Mais soyez-en sûr : on va s’en sortir sans sortir. Toutes les astuces de la rédaction pour prendre soin de soi.
01 Avr 2018

Zoom sur … la fasciathérapie

Et si on arrêtait de froisser nos fascias, ça irait mieux peut être mieux ? La fasciathérapie prend soin de ces membranes qui entourent nos muscles, nos organes, nos os et nos viscères et constituent notre « deuxième squelette ». Décryptage avec Isabelle Bertrand, docteure en sciences sociales, praticienne en fasciathérapie à Clermont-Ferrand et membre de FasciaFrance.