L’observatoire wellpharma #11 – Zen restons zen

Êtes-vous stressé ? Dormez-vous suffisamment ? Quelles sont les conséquences sur votre organisme ? Découvrez les résultats de notre grande enquête en vidéo pour en savoir plus sur vos habitudes de sommeil et votre gestion du stress. Et découvrez également nos produits wellpharma.
Je découvre

Le cancer du sein : tous concernés !

Cet été soyez brillants sur les solaires !

Comment se protéger efficacement du soleil pour préserver sa peau ?

C’est notre meilleur allié de l’été, on adore sa chaleur et la teinte hâlée qu’il laisse sur notre peau. Mais en même temps, il faut s’en méfier, limiter et sécuriser nos expositions à ses rayons.

On fait le point sur le capital soleil, les UV, les SPF, les phototypes, les filtres… avec Manon Besset, membre de l’équipe wellpharma pour le Grand Ouest, anciennement préparatrice en pharmacie.

Qu’est-ce que le capital soleil ?

Pour bien se protéger du soleil, il faut bien comprendre pourquoi on se protège. Comprendre notamment que le capital soleil correspond à la période durant laquelle on peut exposer notre peau aux UVA et UVB sans lui faire courir le risque de développer un cancer de la peau. Selon notre couleur de peau, nos antécédents en matière de coups de soleil, nos habitudes de protection… Ce capital n’est pas le même. Il est donc très différent selon votre phototype (peau laiteuse, mate, foncée…) mais une chose est sûre : il est épuisable et non renouvelable donc nous devons le préserver.

Comment le préserver ?

En se protégeant efficacement contre les rayons du soleil. Plus exactement contre les ultraviolets A et B, UVA et UVB (les UVC et rayons X sont filtrés par l’atmosphère et n’atteignent pas notre peau).

« Ce qui distingue les UVA et les UBC, c’est notamment leur pouvoir de pénétration dans la peau et donc, potentiellement, leur pouvoir de nuisance, décrypte Manon Besset. Les UVA ont un plus grand pouvoir de pénétration de la peau que les UVB. Non seulement ils contribuent largement au vieillissement prématuré de la peau mais ils favorisent eux-aussi le risque de cancer. »

SPF, filtres : on se met au clair

On ne le dira jamais assez, la meilleure façon de se protéger du soleil, c’est de l’éviter… Pas tout le temps évidemment, mais au moins aux heures où l’intensité des rayons est maximale, soit entre 12:00 et 16:00 en France métropolitaine pendant l’été.

Quand on sort, on pense à :

  • se protéger les yeux avec des lunettes de soleil,
  • se couvrir la tête avec un chapeau ou une casquette
  • et le corps avec des vêtements amples, longs et sombres -OK c’est contre-intuitif, mais les de couleurs foncées préservent davantage des rayons du soleil !
  • Et dabs tous les cas, on préserve sa peau directement exposée avec un produit de protection solaire pour nous protéger des UVB et UVA.

UVA/UVB… qui fait quoi ?

Les UVB :

Ils sont peu nombreux mais ils sont à l’origine des coups de soleil et du bronzage, l’indice de protection contre les UVB est indiqué via le SPF (Sun Protection Factor,)

Il existe 8 indices répartis en 4 niveaux :

  • SPF 6-10 : protection faible
  • SPF 15-20-25 : protection moyenne
  • SPF 30-50 : haute protection
  • SPF 50 + : très haute protection

Les UVA :

Ce sont ceux qui nous infligent rides et, potentiellement, des problèmes de peau beaucoup plus graves aussi.

L’indice de protection contre les UVA est représenté par le cigle UVA entouré d’un cercle, il certifie de la protection selon les normes européennes, de façon équivalente à au moins 1/3 du SPF indiqué sur l’étiquetage. 

Les traces blanches sont-elles signe d’une bonne crème ?

Certains produits renferment des filtres chimiques et d’autres (bio notamment) des filtres minéraux.

« Le filtre minéral le plus utilisé est l’oxyde de zinc qui réfléchit les UVA et UVB. Il est peu allergisant et à effet immédiat. Son seul défaut ? Laisser des traces blanches… qui ont toutefois l’avantage de signaler clairement les zones protégées. Attention à certains produits contenant des filtres minéraux qui se targuent de ne pas laisser de traces sur la peau : ils peuvent contenir des nanoparticules controversées, explique Manon Besset. Les filtres chimiques ont l’avantage de la texture et ne laissent pas de traces. En revanche, ils peuvent être allergisants, certains contiennent des perturbateurs endocriniens suspects et dans tous les cas, on doit les appliquer une demi-heure avant de s’exposer au soleil pour être protégé ! »

Se protéger efficacement

Comment choisir la crème adaptée ?

« On choisit en fonction de sa peau, de son âge, de son état et de ses préférences… Les filtres minéraux sont à recommander pour les enfants, les femmes enceintes et les peaux sensibles notamment. Schématiquement, nous conseillons pour :

  • les peaux claires et/ou fragiles d’opter pour une protection SPF 50+ du début jusqu’à la fin des vacances.
  • Les peaux qui bronzent rapidement et ne prennent jamais de coups de soleil, ou alors très rarement, pourront appliquer une protection SPF 50/50+ au début de l’été puis, une fois que leur peau sera bronzée, basculer sur une protection SPF 30.
  • Les peaux mates peuvent se permettre le SPF 15-20-25 et encore, après avoir appliqué plusieurs jours de suite une protection SPF 30-50 et avoir bronzé !

En dessous d’un SPF 15, la protection n’est pas suffisante, surtout quand on connait les effets néfastes du soleil ! » estime Manon Besset. Une fois son produit en main, il faut l’appliquer de façon efficace.

La crème solaire ok, mais à quelle fréquence ?

« Déjà, on devrait se protéger des rayons du soleil toute l’année, hiver compris et même si l’on habite en ville et que le soleil est caché par les nuages », rappelle la professionnelle. En été, on doit redoubler de précautions, appliquer son produit une demi-heure avant de s’exposer s’il contient un filtre chimique pour qu’il soit efficace dès nos premiers instants au soleil et renouveler l’opération toutes les deux heures minimum et plus si on a beaucoup transpiré ou après un bain : les mentions « résistant à l’eau » ne sont pas fiables à 100 % ! »

Pour dissiper vos doutes et assurer votre choix, n’hésitez pas à vérifier la composition des produits solaires via votre appli préférée (inci Beauty, QuelProduit..) et à demander conseil à votre pharmacien

Pour profiter du soleil sereinement, on fait attention aux traitements en cours (et notamment aux médicaments photosensibilisants) qui pourraient entrainer des brûlures de la peau. Et on garde à l’esprit que notre crème/brume/lait solaire ne nous protège pas à 100 % du soleil et qu’il faut toujours rester raisonnable avec lui pour profiter de ses bienfaits sans subir ses effets néfastes.

Après l’exposition quelles sont les bonnes actions ?

Après s’être exposé au soleil, on prend une bonne douche pour se débarrasser des filtres minéraux ou chimiques de notre protection solaire. Et on hydrate sa peau. Si vous êtes à la recherche de produits spécifiques, sachez qu’il existe toutes sortes d’après-soleil, tous plus hydratants et délicatement parfumés les uns que les autres. « Le gel d’aloe vera tient aussi très bien ce rôle et peut vite devenir votre allié de l’été car il apaise et nourrit la peau, avec un effet rafraichissant d’autant plus apprécié qu’on aura conservé son tube au réfrigérateur ! »

Petit rappel pour les (grands)parents étourdis 
Un enfant de moins de trois ans ne doit pas être exposé au soleil car sa peau est immature. Vive les les parasols, l’ombre des arbres et des tonnelles … Quand votre tout petit se baigne ou parcourt la montagne ou la campagne dans votre dos ou sa poussette, pensez à le protéger avec une ombrelle et/ou des vêtements anti-UV ainsi que des produits solaires adaptés !

Cet article à été rédigé avec la participation de :
Manon Besset - membre de l'équipe wellpharma

Pour continuer votre lecture