L’observatoire wellpharma #11 – Zen restons zen

Êtes-vous stressé ? Dormez-vous suffisamment ? Quelles sont les conséquences sur votre organisme ? Découvrez les résultats de notre grande enquête en vidéo pour en savoir plus sur vos habitudes de sommeil et votre gestion du stress. Et découvrez également nos produits wellpharma.
Je découvre

Le cancer du sein : tous concernés !

Je suis, tu es, nous sommes éco-responsables

Nous sommes tous acteurs du changement ! Agir pour prendre soin de notre santé et (re)prendre le contrôle de notre armoire à pharmacie contribue à préserver la planète et ses habitants.

Des membres du club wellpharma, éco-responsables !

Bien déterminés à agir de manière éco-responsable dans leur quotidien et à mieux consommer, les membres du Club wellpharma se tournent de plus en plus vers des produits labellisés, écoresponsables ou encore éthiques.

Que vous consommiez responsables pour vos enfants, votre santé, pour soutenir le développement du bio ou simplement pour se faire plaisir, c’est désormais un objectif pour la majorité d’entre vous.

En pharmacie les modes de consommation évoluent eux aussi et tendent en faveur d’une consommation responsable.

Découvrez notre petit guide de bonnes pratiques pour adopter un comportement éco-responsable face à nos médicaments et nos achats en pharmacie :

1. Et si nous évitions d’être malade ?

Être éco-responsable n’est pas toujours évident, mais la première à chose à faire pour limiter les déchets, c’est d’éviter d’en produire 😉. 

On peut donc s’employer à tout mettre en œuvre pour éviter de tomber malade. Comment ? En respectant quelques règles simples d’hygiène de vie :

  • bien se nourrir,
  • pratiquer une activité physique régulière…
  • mais aussi porter un masque,
  • tousser dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs en papier à jeter après usage,
  • se laver les mains régulièrement ou utiliser du gel

2. Respecter le traitement à la lettre !

Si malgré toutes les règles annoncées ci-dessus respectées les microbes nous ont touchés : changez de stratégie responsable, en suivant rigoureusement son traitement, autrement dit en prenant les doses prescrites pendant la période indiquée, surtout pas plus, mais pas moins non plus… Au risque de retomber malade !

3. L’auto médication pour les bobos du quotidien ?

Si l’on décide de soigner soi-même ses petits maux et bobos, on peut demander à son pharmacien des remèdes naturels ou en tout cas, ciblés et en quantité raisonnable. Au rayon parapharmacie, ouvrez l’œil (et faites-vous conseiller) pour choisir des produits sans substances indésirables et si possible naturels. Et pour aller jusqu’au bout de la démarche, on préfèrera toujours les produits les moins emballés, à glisser directement dans son sac-éco wellpharma !

4. Devenir un trieur de compet’ et éco-responsable sans peine et sans reproche

Malgré tous ces efforts, qui ne s’est jamais retrouvé devant une armoire pharmacie où les plaques de cachets périmés côtoient les boites qui n’ont même pas été utilisées, sans compter les flacons de collyre hors d’usage ? Nous en sommes tous là : non seulement nous avons souvent trop de médicaments à disposition mais, en plus, nous ne trions pas ce que nous n’avons pas utilisé !

Trop de médicaments à disposition… comment est-ce possible ?

D’abord il y a les médicaments qui restent quand le traitement est terminé et ça, on n’y peut rien ! En revanche, conserver ces excédents est rarement utile (surtout quand la date d’utilisation est dépassée !). Par ailleurs, on a tendance à acheter la totalité du traitement prescrit par le médecin « en cas de survenance » de tel ou tel symptôme… lequel ne survient pas toujours (et nous voilà avec plusieurs boites sur les bras !).

Sans parler de tous ces antalgiques, anti-inflammatoires, ou autres qu’on accumule parfois. Un grand ménage s’impose !

Vous triez vos déchets ? Triez vos médicaments ! On n’a rien trouvé de mieux pour limiter les risques d’accidents médicamenteux (responsables de plus de 140 000 hospitalisations chaque année en France, notamment chez les seniors et les plus jeunes) et protéger l’environnement : gélules, cachets et autres sirops qui filent dans l’évier, la poubelle ou la cuvette des toilettes polluent les sols et l’eau des rivières.

On dégage donc sans pitié tout ce qui ne servira plus et, en premier lieu, tout ce qui est périmé. Et on trie ! Comment ? C’est tout simple : on retire les boites et notices (en carton et papier), qu’on jette dans la poubelle jaune pour ne conserver que les plaquettes de cachets, les boites de pilules, les tubes de pommades, les flacons de sirop, les dosettes de collyre… bref tous les médicaments, mais rien que les médicaments. Attention : pas de cosmétiques, de crèmes solaires, de pansements, seringues…

Votre pharmacien reprend tous les médicaments non utilisés, périmés ou non. L’an passé, 10 000 tonnes de médicaments ont ainsi récupérés dans les officines. Et après ? ils sont incinérés, permettant ainsi de chauffer ou d’éclairer 7 à 8000 logements chaque année. Vous avez un doute sur la façon de trier ou les produits à rapporter en officine ? Rapprochez-vous de votre pharmacien ou rendez-vous sur le site www.cyclamed.org où l’on vous explique pourquoi et comment trier.

Pour continuer votre lecture